vendredi 2 mars 2012

Le maire de Port-au-prince s’oppose à Sweet Micky

                        Maire Gérald Tremblay de Montréal et Jean-Yves Jason maire de Port-Au-Prince                     
Le maire de Port-au-Prince, Jean-Yves Jason, a été démis de ses fonctions par le président Michel Martelly par arrêté du 23 février 2012 et remplacé par Gabrielle Hyacinthe comme président, Jean-Marie Descorbett et Junior Gérard Estimé en tant que membres. Comme c'est monnaie courante dans le reste du pays, depuis l'arrivée de Sweet Micky à la tête du pays, les révocations arbitraires des cartels des pouvoirs municipales. Très récemment, à Jacmel, le sénateur Edwin Zenny, proche du chef de l'état, a procédé arbitrairement au remplacement du cartel de la mairie de cette ville.

Hier, dans une conférence de Presse, Monsieur Jason s'est dit opposé à la décision de l'exécutif de renvoyer son cartel. Le maire affirme que ce dernier n'a aucun pouvoir légal ni morale de prendre une telle décision. De ce fait, il rejette du revers de la main cette décision à l'emporte-pièce. Le premier citoyen de la ville de Port-au-Prince s'est dit victime de ses positions contraires avec la présidence sur la question du carnaval et sur l'échauffourée entre Sweet Micky et les étudiants de la faculté d'ethnologie. Le maire rajoute que la loi est claire : «seuls des élus peuvent remplacer des élus.»

Finalement, sur le carnaval, Monsieur Jason affirme qu'il est de son devoir de défendre les citoyens de sa ville, qu'il a été élu pour cela. Il a affirmé que la non organisation du défilé carnavalesque, faute de subvention du pouvoir central, a eu des effets néfastes sur agents économiques de sa ville : des gens qui ont consenti des dépenses et qui ont perdu leur argent, par exemple. La folie dictatoriale ou le culte de sa personne, dixit le maire, de Monsieur Martelly en une autre raison de ce conflit stérile.

http://haiti-tribune.blogspot.com/2012/02/haiti-le-carnaval-de-sweet-micky-aux.html

jeudi 1 mars 2012

Laurent Lamothe, nouveau Premier ministre désigné

imageSuite à la démission du Premier ministre Gary Conille, Michel Martelly a désigné Laurent Lamothe comme son Premier ministre. La belle chimie qui existe entre les deux personnages pourraient être un atout extraordinaire dans la gestion des affaires publiques. Dans la mesure où les deux hommes auraient une vision équilibrée et la maturité politique nécessaire pour mener le pays hors des sentiers battus, ce serait une formule gagnante. Malheureusement, le président Michel Martelly est loin d’être un homme d’idée, voire d’une intelligence fine des contradictions sociales.


Quant à Laurent Lamothe, sa prime jeunesse en matière politique se manifeste par sa fougue qu’il a démontré durant son passage à la tête du ministère des affaires étrangères avec sa fameuse idée de la diplomatie des affaires qui est une leurre. Cela étant dit, cette symbiose n’irait pas dans le sens du dynamisme du gouvernement : le président doit avoir un Premier ministre habile qui est capable de lui tenir tête dans le respect de ses attributions constitutionnelles.

Le Premier ministre désigné est un ancien homme d’affaire qui a fait son beurre dans le domaine de la télécommunication. Il a mené plusieurs affaires dans des pays africains, dont le Sénégal, la République démocratique du Congo et de Centrafrique, etc. L’entreprise de télécommunication, Global Voice, dirigés par Laurent Lamothe et Patrick Baker n’a pas l’air d’avoir une éthique minimale; sa ligne directrice semble être le profit au détriment de toute conscience sociale. Bref, c’est cet homme qui est l’artisan des posters qui pillulent dans le pays, la tarification des appels de la diaspora haïtienne et des transferts d’argent vers Haïti. Voici le portrait du prochain chef de la primature. En voulez-vous?
http://http://www.haitiwebs.com/showthread.php?t=55875
http://http://www.dakaractu.com/Haiti-Laurent-Lamothe-Global-Voice-nomme-conseiller-du-president-Martelly_a2084.html

Grammaire de la pensée philosophique haïtienne (4 de 5)

Jouer à l'autruche; angoisse de la vérité→→→→ Le groupe musical, Les frères Parent, dans les années 80, disait que les problèmes Est-...