samedi 19 novembre 2011

Michel Martelly capitule

Velléités de rétablir l'Armée

Le président haïtien, Michel Martelly qui, quelques semaines auparavant, annonçait en grande pompe la restauration de l' armée le 18 novembre 2011, lors de la commémoration de la bataille de vertières de 1803, la dernière grande bataille contre les troupes françaises avant la proclamation de l'indépendance le 1er janvier 1804, dégonfle.


Quand la réalité rattrape le président

Finalement, il a décidé de nommer une commission civile qui dessinera le plan de la formation de cette armée. Sage décision enfin. En revanche, on est en droit de se demander où trouvera-t-il les fonds nécessaires pour la réhabiliter et la faire fonctionner, puisque 70% du budget de l'État est financé par la communauté internationale. En plus, il y a les sinistrés du tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui dorment encore à la belle étoile. Le président ne met-il les charrues devant les bœufs? Autrement dit, avec la capacité financière limitée d’Haïti et des problèmes structurels incommensurables, Michel Martelly ne prenne-t-il pas des vessies pour des lanternes?


Des apprentis sorciers

Ses conseillers sont-ils compétents ou sont-ils écoutés par le président? Et le premier ministre dans tout ça? Sa politique générale qui est une vaste farce avec son projet d'un  million d'emplois dans cinq ans avec un taux de croissance autour de 10% l'an. Dans le monde de la fiction, on pourrait faire mieux. On pourrait même fixer ce taux à 100%. Il est évident que ces messieurs, Martelly et Conille, doivent changer de fournisseurs d'hallucinogène, de pot communément appelé.



La crise financière en vidéos

Suite à mon dernier article La crise financière en vidéos, je voulais partager avec vous des documentaires qui vous éclaireront sur la morale de nos sociétés. Ces bandits à cravates qui nous gouvernent, qui nous parlent de l'amour du prochain, mais qui manigancent pour nous réduire à l'état de bête de somme, valent-ils encore notre admiration ou notre répulsion? Les 30 dernières années ont vu la montée d'un capitaliste sans foi ni loi; notre vie dépend d'un grand casino sans règles de jeux : la loi de la jungle dans sa forme la plus pure. Faites-vous une idée avec ces documentaires.





LES BANDITS INSTITUTIONNELS.





mardi 15 novembre 2011

Trames de l'arrestation du député

scénarii #1 à #3 de la saga de l'arrestation du 
député Arnel Bélizaire.
                                                                                                



                     




Séance d'interpellation reportée

Eh oui, la séance d'interpellation du ministre de la justice et de son secrétaire d'état devant le sénat de la république est reportée pour le mardi 22 novembre 2011. La raison invoquée, c'est qu'il faut donner du temps à la commission d'enquête sur l'affaire de l'arrestation du député Arnel Bélizaire afin de faire la lumière sur les responsables de cet acte illégal.

A première vue, cela semble normal, car les sénateurs veulent agir selon les règles de l'art. Aussi, c'est une façon de rompre avec la tradition qui consiste  soit à faire des compromissions, soit à agir sur un coup de tête. Il est vrai que le fait de donner un vote de censure au ministre de la justice laisserait entier ce problème, d'un côté et, de l'autre, on ne saurait qui sont le ou les responsable(s). Par ailleurs, on ne pourra pas apporter des correctifs dans le fonctionnement des institutions de l'État. 

Cependant, il ne faut pas être d'un optimiste béat, car on ne change pas la tradition d'une baguette magique. Le décor politique d'aujourd'hui est différent de ceux d'autrefois, mais il ne faut pas oublier que la vraie représentation théâtrale se joue à l'arrière scène, donc hors des projecteurs, ainsi il ne faut pas s'étonner si la séance du 22 novembre accouche d'une souris...

lundi 14 novembre 2011

La bataille de Vertières

Samedi 18 novembre 2011 c'est une fête très importante dans l'histoire d'Haiti, c'est la dernière bataille héroique de l'armée indigène contre l'armée esclavagiste napoléonienne. C'en est une décisive avant la proclamation de l'indépendance proclamée le 1er janvier 1804. La commémoration de cette date est appelée aussi le jour des forces armées.

Comme vous le savez sans doute l'armée a été dissoute lors du retour d'Aristide après le coup d'état perpétré par celle-ci en 1991. Avec l'arrivée de Michel Martelly au pouvoir, la question de la réhabilitation de cette force fait couler beaucoup de salives et d'encres. Avant, ce qui devient maintenant l'affaire Bélizaire (ce député arrêté lors de son retour de voyage à l'aéroport), le nouveau président était imperturbable dans sa volonté de faire défiler un embryon de cette nouvelle armée qu'il voulait à tout prix remobiliser. Aujourd'hui, cependant, le président semble beaucoup plus circonspect, si l'on tient compte de son discours de la semaine dernière, lors de sa visite à la Direction générale de la Police nationale, ou il mettait l'accent sur le renforcement de cette institution. Alors, de quoi serait fait ce 18 novembre sans le panache, sans bruit et trompette, de ce qu'annonçait le premier des citoyens de la nation? Y aurait-il un revirement à la dernièrement minute du chef de l'état? Je ne le crois pas. Dans ce coup on serait en droit de dire qu'il est tombé sur la tête, car les puissances étrangères, telles la France, les États-Unis et le Canada, s'y opposent. Quand on sait que 70% du budget de l'État haitien est financé par ces puissances et consorts, on ne voit pas d'où viendra l'argent pour mettre cette force sur pied, l'entretenir et l'équiper, même si dans sa velléité de restaurer l'armée, il a organisé des camps d'entrainement avec l'aide d'anciens militaires de l'ancienne armée. Ce que le sénateur du Nord, Moise Jean Charles qualifiait de milice rose.

Cette situation a des conséquences politiques négatives insoupçonnées pour l'instant sur sa base politique de type militaro-macouto-duvaliériste d'un côté, de l'autre positif pour tous ceux qui croient qu'un retour à une force de défense ne doit pas être précipité, qu'il faut bien prendre le temps pour ficeler et impliquer toutes les couches de la société dans ce projet afin que cette nouvelle entité soit un facteur de progrès pour le pays et pas d'instabilité. Il ne suffit pas d'avoir la volonté de mettre Haiti sur les rails, mais il faut avoir l'art de le mettre sur ses rails...

Grammaire de la pensée philosophique haïtienne (4 de 5)

Jouer à l'autruche; angoisse de la vérité→→→→ Le groupe musical, Les frères Parent, dans les années 80, disait que les problèmes Est-...