Passer au contenu principal

Messages

Affichage des messages portant l'étiquette éthique

De la société civile en Haïti

Qu'entend-on par société civile? Existe-t-il une société civile en Haïti? Voyons ce qui se cache derrière ce concept. Par société on entend un groupe d'individus liés par un réseau de relations émotives et pratiques. En général, un mythe fondateur soude tous ces individus entr'eux. Viendra ensuite l'État en tant qu'entité politique qui plane, pour l'essentiel, au-dessus de la mêlée. Il est l'aspiration des élites dans ses divers segments et aspirations. La lutte pour l'orientation du corps social vers une destinée, en général et idéalement, radieuse. Par civile, on l'entend par opposition au pouvoir politique, c'est donc la frange de la société qui ne joue de rôles de gestion ou d'administration des affaires de la cité. Les manifestations de cette société civile se traduisent par des groupes d'intérêts, de pression, etc. Une morale publique qui vient définir l'acceptable de l'inacceptable dans l'intérêt général, en substance…

Penser et comprendre Haïti pour une nouvelle renaissance

Je ne pourrais m'empêcher de commencer ce billet par cette phrase lapidaire, une de mes trouvailles, Haïti, un si grand pays pour de si petits hommes. Ce pays où des hommes ont réalisé l'une des révolutions universelles de toute l'Histoire de l'humanité se retrouve acculé à la mendicité, à la crasse, à l’opprobre, au naufrage de cette épopée de 1804. Devant une telle éventualité, aucun individu ne doit rester indifférent, surtout quand on est fils ou fille de ce coin de terre. Pour comprendre les causes de nos malheurs, il faut mettre de côté toute émotion, il faut dépasser les lieux communs, ses idées reçus qui nous empêchent de voir la forêt, donc les problèmes fondamentaux qui gênent toute issue à la crise permanente haïtienne. Entendons-nous sur les mêmes problèmes, nous serons unis dans la preuve, pour paraphraser Gaston Bachelard. La question qui me titille depuis assez longtemps, c'est l'incapacité depuis 200 ans de notre part de mettre Haïti sur la voi…

Lettre du sénateur Steven Irvenson Benoit

Port-au-Prince, le 9 août 2012 Son Excellence
Monsieur Michel Joseph MARTELLY
Président de la République
Palais National

Excellence,

Une fois de plus, j’ai l’honneur de m’adresser à vous en tant que responsable de la bonne marche des institutions républicaines de ce pays, et du bon déroulement de son processus démocratique. J’espère donc que vous recevrez cette correspondance dans un esprit d’ouverture pouvant faciliter un dialogue pacificateur et stabilisateur qui nous permettra de réussir la traversée de la conjoncture actuelle.

Quelques antécédents

Permettez que je vous rappelle qu’en avril 1997, lors des élections devant justement permettre le renouvellement du tiers du Sénat, les résultats du 1er tour ont été contestés avec tant de virulence que les deux (2) Sénateurs élus n’ont jamais pu prêter serment. Quant au 2ème tour il n’eut jamais lieu. Résultats décriés, Conseil électoral provisoire décrié tout autant. 

En mai 2000, le pouvoir en place avait tenté de rafler tous les sièges du P…

Le mal haïtien : une endémie séculaire

La gravité de la situation d’Haïti ne peut être saisie à travers le prisme du conjoncturel ou de l'évènementiel. Diaboliser le nouveau pouvoir, celui de Martelly-Lamothe comme épiphénomène, c'est rater le bateau dans la compréhension des racines du mal qui gangrène ce pays arrivé à sa métastase; il n'est que la reproduction d'un savoir-faire dans l'art de détruire ce pays. Dans l'inconscient collectif, s'imprègnent les germes de destruction massive de tout un peuple : drôle de bizarrerie. Le suicide collectif est orchestré par des élites qui auraient dû être en mesure de se hisser à la hauteur du drame annoncé. À force de mystifier le bon vieux peuple, les élites se mystifient elles-mêmes; elles finissent par prendre des vessies pour des lanternes. Ce pays est un terroir fertile pour les mercenaires, les flibustiers et pirates de tous acabits. L'histoire de ce pays recèle la quintessence de tout ce qui est aux antipodes de la modernité : la zizanie Noi…

LE CSPJ RATERA-T-IL SON RENDEZ-VOUS AVEC L’HISTOIRE?

L’opinion publique haïtienne est accoutumée avec les sempiternelles histoires de pots-de-vin qui altèrent profondément toutes les composantes de la société haïtienne. Cependant, la corruption et la mainmise des hauts fonctionnaires ont atteint son apogée, après l’avènement au pouvoir de M. Joseph Michel Martely, dû au manque de vision à long terme du gouvernement. D’aucun pensait que le gouvernement Martelly-Lamothe était de bonne foi lorsqu’ils ont manifesté leur volonté de finir avec le cycle infernal des institutions provisoires dont le Conseil Électoral, et de consolider l’indépendance du pouvoir judiciaire. Le sort en est jeté!

Malgré les nombreux scandales qui ont éclaboussé le système judiciaire dans le passé, on se croirait à l’abri des supercheries d’une fonction publique gangrénée, après l’entrée en fonction des membres du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ). Mais l’histoire vient de nous prouver le contraire. En effet, les organisations de la société civile, l’Ass…

la myopie chez nos classes dirigeantes

L’approbation de Laurent Lamothe comme Premier Ministre, en toute hâte, par le sénat de la république dont le mandat du tiers est arrivé à terme, malgré les anomalies dans son dossier, atteste manifestement que cette entité étatique est une véritable officine. Ce grand corps virtuel de grandeur nature n’a jamais joué pleinement son rôle de troisième pouvoir comme l’exige la constitution haïtienne. Au contraire, ces parle-menteurs, trop souvent impliqués dans des scandales de malversations, de crime et de corruption, ont réussi avec brio et déshonneur leur mission scélérate : destruction systématique des structures fragiles de l’état. Un comportement odieux ou toutes les mesures et décisions adoptées au nom de la nation sont sans conviction politique ni idéologie, refoulant aux pieds les normes de l’éthique et de la morale.

Depuis l’adoption du système de gouvernement bicéphale, contrôlé par les parle-menteurs, experts en supercheries, le pays n’a connu aucun répit dans les chapitre…

Laurent Lamothe, nouveau Premier ministre désigné

Suite à la démission du Premier ministre Gary Conille, Michel Martelly a désigné Laurent Lamothe comme son Premier ministre. La belle chimie qui existe entre les deux personnages pourraient être un atout extraordinaire dans la gestion des affaires publiques. Dans la mesure où les deux hommes auraient une vision équilibrée et la maturité politique nécessaire pour mener le pays hors des sentiers battus, ce serait une formule gagnante. Malheureusement, le président Michel Martelly est loin d’être un homme d’idée, voire d’une intelligence fine des contradictions sociales.


Quant à Laurent Lamothe, sa prime jeunesse en matière politique se manifeste par sa fougue qu’il a démontré durant son passage à la tête du ministère des affaires étrangères avec sa fameuse idée de la diplomatie des affaires qui est une leurre. Cela étant dit, cette symbiose n’irait pas dans le sens du dynamisme du gouvernement : le président doit avoir un Premier ministre habile qui est capable de lui tenir tête dans le…