Passer au contenu principal

Penser et comprendre Haïti pour une nouvelle renaissance

Je ne pourrais m'empêcher de commencer ce billet par cette phrase lapidaire, une de mes trouvailles, Haïti, un si grand pays pour de si petits hommes. Ce pays où des hommes ont réalisé l'une des révolutions universelles de toute l'Histoire de l'humanité se retrouve acculé à la mendicité, à la crasse, à l’opprobre, au naufrage de cette épopée de 1804. Devant une telle éventualité, aucun individu ne doit rester indifférent, surtout quand on est fils ou fille de ce coin de terre. Pour comprendre les causes de nos malheurs, il faut mettre de côté toute émotion, il faut dépasser les lieux communs, ses idées reçus qui nous empêchent de voir la forêt, donc les problèmes fondamentaux qui gênent toute issue à la crise permanente haïtienne. Entendons-nous sur les mêmes problèmes, nous serons unis dans la preuve, pour paraphraser Gaston Bachelard. La question qui me titille depuis assez longtemps, c'est l'incapacité depuis 200 ans de notre part de mettre Haïti sur la voie de la modernité. En d'autres mots pourquoi ce sont les obscurantistes, les rétrogrades qui mènent le bal dans ce pays? Ou encore pourquoi les rénovateurs n'arrivent-ils pas à tourner la situation de bord?

Certainement, dans la pléthore de corrompus, d'obscurantistes que ce pays recèle, il y a des gens qui sont profondément inscrits dans la modernité. Cependant, ils sont incapables d'être hégémoniques; ils se livrent au suicide politique par des alliances contre-natures avec les rétrogrades. Leurs victoires ne sont que des victoires à la Pyrrhus, qui ne durent l'espace d'un instant. L'assainissement des finances publiques par Anténor Firmin sous le gouvernement de Florvil Hyppolite au XIXe siècle pendant 2 ans, La réforme de l'éducation menée par J. C. Bernard dans les années 80 sous le gouvernement de Jean-Claude Duvalier pendant un an, les mesures prises par le ministre du commerce Serge Fourcand pour augmenter les recettes, régulariser les comptes budgétaires, etc. sous Jean-Claude Duvalier, ou de Marc Bazin aux finances pour budgétiser les recettes de l'État n'ont pas eu les effets escomptés parce que le système de prévarication mis en place depuis l'indépendance a la vie dure et a horreur de toutes intrusions dans sa principale source d'enrichissement illicites, soit les recettes de l'État.

Comme le dit Leslie Péan dans son livre L'économie politique de la corruption, il ne faut pas regarder la corruption sous l'angle uniquement matérielle mais surtout spirituelle, car le poisson est pourri de la tête jusqu'aux queux. Le système n'est pas réformable, il faut le détruire de la tête jusqu'aux queux. Le comment faire est beaucoup plus difficile que le faire. Cependant, je crois dur comme roc que là où il faut l'attaquer c'est à sa base, soit l'instruction publique. L'école haïtienne est contre-productive. Elle nous acculture, elle ne nous outille pas à faire face aux problèmes de l'heure. Somme toute l'éducation est toujours au service des défis de l'époque. Comme le faisait remarquer Christian Baudelot et Roger Establet dans un livre au titre provocateur Le niveau monte, l'école, à travers les ages, a toujours servi suivant des besoins précis, en fonction du système économique. L'école haïtienne, en ce sens, dans l'état actuel, vise à renforcer le système archaïque mis en place depuis l'indépendance au profit d'une élite rétrograde, une kleptocratie. Il n'est donc pas étonnant que la réforme menée en éducation par J. C. Bernard a été battue en brèche en un an par cette horde d'arriérés d'élites haïtiennes.

Dans cette même veine, vue la formation intellectuelle de l'Haïtien, les intellectuels sont incapables d'imposer une façon de voir ou de faire parce qu'ils sont malades de leur culture. Ils sont incapables de se constituer en intellectuels organiques parce que leur psyché est étranger à la réalité haïtienne, l'orthodoxie pédagogique qui sévit dans l'éducation tue toutes formes d'initiatives, toutes sortes de pensée critique; les paroles du maître sont de l'évangile : en dehors du maître, point de salut. L'intolérance au point de vue divergent nous est inculquée par filiation à l'éducateur. Tout débat devient une affaire personnelle; on ne discute pas d'idées mais de personnalité : notre susceptibilité est à fleur peau. Quand la discussion tient lieu, nous faisons de la sémantique que de rentrer dans le vif du sujet. Pour sortir de ce carcan, qui est la cause principale de la crise haïtienne, il faut inévitablement que les connaissances se transmettent autrement et que l'école nous rend plus haïtien qu'elle ne nous éloigne. Les maîtres doivent être rééduqués, dirait l'autre.


Messages les plus consultés de ce blogue

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Le nationalisme démagogique : appel au peuple pour financer les élections.

Tous les peuples ont un fardeau mental qu’ils portent en eux : l’inconscient collectif. Nous agissons suivant une sorte d’algorithme historique, que je pourrais appeler récursivité historique. C’est une boucle récurrente (laviwondede) invisible qui nous fait battre la mesure sur place. Le jour où on arrive à enprendre conscience, on peut y regarder de plus près et voir en quoi que cela nous est salutaire ou fatal. Là, et seulement là, que l’on commencera véritablement à se diriger à bon port, à mettre la main sur le drame, s’il y a lieu, ou sur le génie, s’il s’avère. Malheureusement, il y a des peuples qui restent trop souvent engoncés dans trop de schèmes mentaux vieillots : les Britanniques ont perdu en partie leur hégémonie par manque de formation d’ingénieurs, les Chinois se croyaient le nombril du monde, d'où l'appellation de l'Empire du Milieu autrefois, et les français par trop d’élitisme de leur système d’éducation selon Daniel Cohen. Et les Haïtiens, j’ajouterai,…