Passer au contenu principal

Culture

La Santa Maria, la plus importante des trois Caravelles de Christophe Colomb lors sa conquête de l'Amérique. Suite au naufrage de ce navire, ses débris ont servi à la construction du fortin de la Nativité dans le Nord d'Haïti, dans la région de Limonade, près du parc industriel de Caracol. Les risques de destruction de ce patrimoine historique et d'autres sont très inquiétants.
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12543

Réplique de la Santa Maria, l'une des Caravelles qui a servi
à la conquête de L'Amérique par Christophe Colomb

Le palais Sans Souci, un autre monument érigé par
Henri Christophe au Nord d'Haïti après 1804
Port-au-Prince marché en fer (Hyppolite).jpg
Marché en fer ou marché Hyppolite Au centre-ville de Port-au-Prince

 

Fort Jacques au sommet des collines de Kenscoff près de Pétionville construit par Jean Jacques Dessalines, le père fondateur de la Nation haïtienne.



Autre vue de Fort Jacques au sommet des collines de Kenscoff près de Pétionville construit par Jean Jacques Dessalines, le père fondateur de la Nation haïtienne.

Le palais Sans Souci un autre monument construit par Henri Christophe dans le Nord du pays. 
Résultats de recherche d'images pour « marché en fer haiti »
Marché en ou Hyppolite au nom du président au 19e siècle    

La citadelle Laferrière la plus forteresse construite par Henri Christophe dans le Nord du pays après l'indépendance.




Ancienne cathédrale de Port-au-Prince brûlée suite au coup d'état raté du 7 janvier 1991. C'est en ce lieu que Toussaint Louverture proclama la constitution de 1801.


dmoz.org
Cherchez dans l'ODP
Actualité
Arts
Boutiques en ligne
Commerce
Formation
Informatique
Jeux
Kids & teens
Loisirs
Maison
Références
Régional
Santé
Sciences
Société
Sports
Open Directory Project at dmoz.org

Messages les plus consultés de ce blogue

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Les apories contagieuses de la pensée haïtienne

«L’élite haïtienne est comme un voyageur en première classe qui ne se soucie pas de la présence d’une bombe en classe économique». Cette catachrèse de Dany Laferrière m'a interpellé depuis que j'en ai pris connaissance. Elle n'est pas l'unique formule creuse dont on se fait les champions. Il y a bien sûr celle de Louis-Joseph Janvier telle que «Haïti est un singulier petit pays.» Et bien d'autres. Les complaintes, les reproches, les invectives, les attaques de toutes sortes face à cette élite, toutes catégories d'élites confondues, soit par des membres de cette élite ou non ou des étrangers, ne tarissent pas depuis au moins un siècle. En dépit, ou malgré, toutes ces déceptions ou haines, les choses ne s'améliorent pas pour autant. On s'évertue à trouver des procédés rhétoriques les uns plus puissants que les autres pour gagner la palme d'or de la plus belle métaphore. 
Personne ne pourrait contester la beauté de cette citation de Dany. La première …

Pourquoi Haïti est-elle si pauvre?

A mon tour, aujourd'hui, de répondre à cette question de façon concise, sans fla-fla : pourquoi Haïti est-elle si pauvre? Parce que l'esprit de la majorité d'entr'eux-nous est si pauvre qu'on ne fait que de la récitation et pas de la créativité. Nous sommes enfermés dans une prison mentale qui nous empêche de voir, même pas la p'tite Sentaniz dans les grands livres qu'on se plaise à réciter à satiété, comme l'a si bien mentionné Maurice Sixto dans ses observations sociologiques d'Haïti. Demande à un Haïtien de te faire la critique d'un texte, la première, et parfois la seule et unique remarque qu'il te gargarise, c'est la forme, donc les erreurs linguistiques ou la beauté ou non du texte, selon lui. La deuxième, suivant le niveau de scolarité de cette personne, c'est si tu fais étalage de tes connaissances par tes citations ou reprendre des idées des grands maitres. Si ces deux premières conditions sont remplies, tu deviens un lokob…