Passer au contenu principal

Messages

Affichage des messages portant l'étiquette Politique

La politique est envahissante…

Méfiez-vous des gens qui disent qu'ils ne font pas de la politique. Ils vous donneront comme raison que la politique est sale, qu'ils ne vont pas se mêler de la politique pour ne pas subir les aléas de cette dernière. Cependant,toute société humaine est par essence politique. L'être humain est un animal politique; les affaires de la cité sont les affaires de tout le monde. Si tu ne fais pas de la politique, donc tu ne t'occupes pas de tes intérêts, quelqu'un d'autre s'en chargera et le résultat ne serait certainement ce que tu aurais souhaité. Vivre dans un environnement agréable ou pas dépend de ton implication ou non dans les affaires de la cité. Tes choix politiques reflèteront ce que sera ton coin de terre : ton village, ta ville, ta commune, ton département et, finalement, ton pays. On a inculqué aux masses de se détourner de leurs intérêts afin qu'elles n'encombrent pas les voies du marchandage entre les professionnels des choses de la cité, …

CHRONIQUE D’UNE CRISE ÉLECTORALE ANNONCÉE

Après tant de levée de boucliers suscitée par le choix incommode des représentants du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), menant à la formation du Conseil Électoral Permanent, le président s’est vu contraindre, par la montée des protestations tous azimuts, d’inviter les protagonistes de la crise à la négociation. Mais il lui était impossible de faire passer la pilule amère du Conseil Électoral Permanent fortement contesté. Il mit abruptement fin aux pourparlers, car la détermination des participants était plus grande qu’il ne l’avait cru. Ils ne sont pas dupes. Ils ont défendu la prééminence du droit et le respect scrupuleux des lois portant sur la création du conseil. À cette fin, ils prônent, pour la plupart, un Conseil Électoral Provisoire pour dénouer l’impasse politique actuelle. Une telle alternative n’a malheureusement pas reçu l’aval du chef de l’État. Mais à quoi bon d’initier un dialogue dont les résultats sont attendus et connus d’avance?

Plusieurs données expl…

Lettre ouverte au Président Michel Martelly du Docteur André Morno

Monsieur Michel Joseph Martelly
Président de la République d’Haiti
Palais national
Son Excellence Monsieur le Président,
Je suis André MORNO, médecin anesthésiologiste, membre de l’association médicale américaine, diplomate de la Société américaine d’anesthésiologie-Fellow du Collège américain d’anesthésiologie. Je pratique dans le pays depuis 1980 après de longues années aux États-Unis et au Canada. J’ai dispensé des cours tant à l’Université d’État d’Haiti qu’à l’Université Notre-Dame d’HaIti où j’ai participé à la formation de plusieurs générations de médecins. Dans ma vie je n’ai jamais été l’objet de poursuites judiciairies.

Les faits:
A mon retour au pays, j’ai fait l’acquisition en 1988 d’une proprieté à Péguy-Ville. En 1994, sur cette propriété, avec des ressources provenant de la vente de ma maison aux États-Unis, de deux prêts de la Sogebel, et d’une ligne de crédit de la Sogebank, j’ai construit sept appartements pour préparer ma retraite. Je vis dans l’un de ces appart…

Haïti, le paradoxe entre la volonté et l’intelligence

Les derniers évènements autour du Conseil Supérieur du Pouvoir judiciaire (CSPJ) sont symptomatiques de l'inconscient collectif. La décision du Président de cette institution, fraichement créée, Maitre Arnel Joseph, de surcroit, juge en chef de la cour de Cassation, de choisir les trois membres du Conseil Électoral Permanent (CEP) est pathétique. Faisant fi des règles les plus élémentaires de la procédure administrative, ce juge en chef, chevronné des institutions judiciaires, choisit ces trois membres en l'absence de quorum, de façon arbitraire. Cette façon d'agir est une constante de la mentalité haïtienne. Aucune surprise. Le contraire nous aurait étonné. La levée de bouclier qui s'ensuive n'a pas du tout inquiété ni le président de la République, ni Maitre Arnel Joseph encore moins le parlement, sauf quelques voix, ça et là. La répétition de l'histoire en Haïti à la vie dure : l'invariant de la culture, de la culture politique en dernière instance surd…

Martelly et Lamothe : l'ignorance au timon des affaires

L’énoncé de politique générale du nouveau Premier ministre, Laurent Lamothe, recèle des perles que nous ne saurions passer sous silence. Le document manque sérieusement de cohérence dans l’articulation des stratégies pour sortir le pays de sa misère. Autrement dit, on ne trouve pas de fil conducteur entre les différentes propositions d’actions gouvernementales : y a-t-il un ou deux secteurs en particulier qui constitueraient le moteur dans le sens des objectifs à atteindre sur une certaine période de temps ? Il n’identifie pas clairement les objectifs à court, moyen et long terme. Sauf, cette élucubration de faire d’Haïti un pays émergent en 2030. En s’appuyant sur le Plan Stratégique de Développement d’Haïti (PSDH) élaboré par le ministère du plan, sans préciser la date de publication de ce plan, le Premier Ministre s’est permis cette assertion hasardeuse. En termes claires, en moins de dix-huit ans, Haïti deviendra un pays au statut économique du Brésil d’aujourd’hui. Laurent Lamot…

Le pouvoir de Martelly, stade suprême de décomposition sociale

Après une année passée à la tête du pays par Sweet Micky, suite à une mascarade électorale du premier tour où l’OEA (Organisation des États Américains) a décidé par des calculs statistiques savants des protagonistes du second tour, dont Mirlande Manigat et Michel Martelly sont les rescapés. Aujourd’hui c’est l’heure du bilan. Pour analyser cette première année du quinquennat du président du compas(musique haïtienne), je porterai une attention particulière sur sa gouvernance, sur son programme d’éducation et, finalement, son programme économique. D’emblée nous dirons que dans les premiers mois, les bonnes intentions et la rhétorique de l’initiative interne ou endogène, contraire à la politique de quémandeur pratiquée par ses prédécesseurs, me paraissaient rafraichissantes. Aujourd’hui cette rhétorique est vide de sens puisqu’elle ne s’accompagne pas d’initiatives concrètes. En effet, le chef de l’état rentre dans les rangs comme ses prédécesseurs et fait appel à l’aide internationale p…

Les racines profondes de la crise structurelle haïtienne

Aujourd'hui, je voudrais partager avec vous ma réflexion sur les racines profondes de la crise haïtienne qui perdure depuis au moins 208 ans. Après avoir réalisé une révolution, en 1804, qui est la révolution la plus importante, depuis la découverte de l'écriture, dans l'histoire de l'humanité, ce pays s'entête à creuser sa descente aux enfers. Il est évident que le racisme ambiant dans les relations internationales que les puissances européennes avaient pour credo tout le long du XIXe siècle et pendant la première partie du XXe siècle a été un frein important dans le relèvement d’Haïti. On a qu'à se rappeler l'énorme indemnité payée à la France pour la reconnaissance de l'indépendance du pays, soit 90 millions de francs or , qui représentent aujourd'hui 17 milliards d'euros. Les brigandages de l'Allemagne, soit dans les affaires du capitaine Batsch ou de Luders; le financement de l'instabilité durant le XIXe siècle par la fabrication…

Haïti : la crise étatique continue

La crise entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif aura un autre rebondissement le deuxième lundi du mois de janvier 2012 quand la chambre rentrera des vacances parlementaires. Après la diversion du sénat, suite à l'arrestation du député Arnel Bélizaire sous l'ordre formel du président Michel Martelly alias Sweet Micky, la chambre des députés aura à démontrer si elle est une institution plus sérieuse que son pendant sénatorial. Y aura-t-il de la compromission des députés comme ce fut le cas avec les sénateurs? Tout concours à croire que l'histoire se répétera une nouvelle fois.

Suivant les déclarations du député Arnel Bélizaire sur les ondes de plusieurs stations de la capitale haïtienne, des sénateurs autant que des députés auraient reçu de l'argent de la présidence pour éviter la destitution du président ou le renvoi du ministre de l'intérieur, Thierry Mayard Paul, suite à une déclaration prise par la chambre des députés, tout juste après l'arr…

Michel Martelly : entre la volonté et l'ignorance

La volonté
Il serait injuste de dire du président haïtien, Michel joseph Martelly, qu'il n'a pas la volonté de voir le pays sortir de l'ornière de la misère. Il y a chez le président une obsession d'une Haïti qui ne soit plus la paria du monde. On a qu'à voir son approche de présenter aux investisseurs les possibilités d'investissement dans le pays dans différents domaine, dont le tourisme pour ne citer que cela. C'est une démarcation nette par rapport à la pratique des anciens gouvernements, qui ne faisaient que quémander auprès des institutions internationaux et les officines des pays occidentaux, dont les États-Unis, le Canada, l'Union européenne, et j'en passe. C'en est une attitude qui veut rompre avec la mentalité de mendicité. Ce qui est sans un apport majeur de ce régime en créant une rupture méthodologique inédite.

L'ignorance

Le président a l'art de se fourvoyer ou se mettre les doigts dans les yeux. Après quatre long mois sans go…