Passer au contenu principal

Martelly et Lamothe : l'ignorance au timon des affaires

Laurent Lamothe et Michel Martelly
Laurent Lamothe et Michel Martelly
L’énoncé de politique générale du nouveau Premier ministre, Laurent Lamothe, recèle des perles que nous ne saurions passer sous silence. Le document manque sérieusement de cohérence dans l’articulation des stratégies pour sortir le pays de sa misère. Autrement dit, on ne trouve pas de fil conducteur entre les différentes propositions d’actions gouvernementales : y a-t-il un ou deux secteurs en particulier qui constitueraient le moteur dans le sens des objectifs à atteindre sur une certaine période de temps ? Il n’identifie pas clairement les objectifs à court, moyen et long terme. Sauf, cette élucubration de faire d’Haïti un pays émergent en 2030. En s’appuyant sur le Plan Stratégique de Développement d’Haïti (PSDH) élaboré par le ministère du plan, sans préciser la date de publication de ce plan, le Premier Ministre s’est permis cette assertion hasardeuse. En termes claires, en moins de dix-huit ans, Haïti deviendra un pays au statut économique du Brésil d’aujourd’hui. Laurent Lamothe est-il en train de prendre tous les Haïtiens pour des valises ? Il est matériellement et intellectuel impossible d’atteindre un tel objectif, vu la précarité extrême à tous les points de vue dans laquelle se trouve le pays.


L’environnement étant le problème central du pays, l’approche préconisée dans la politique générale du gouvernement nous amène inexorablement à le contourner que de conjuguer une approche multi-sectorielle (énergie, agriculture, touriste, éducation, etc.) et intégrée : le gouvernement priorise l’utilisation du gaz propane et naturel comme solution au charbon de bois. En quoi cela tient-elle compte des contraintes économiques de la population et la disponibilité des sources d’énergie domestique? N’existe-t-il pas des réchauds solaires ? En lisant ce document, ma conviction que les gens qui entourent Martelly sont incapables de penser le développement du pays se renforce graduellement. Aussi, je crois que l’énoncé de politique générale de Lamothe n’est qu’une vaste opération de charme dont la finalité ne vise qu’à renflouer les coffres des acolytes du Président.

Hilary Clinton et Jean Max Bellerive
Hilary Clinton et Jean Max Bellerive
Comment peut-on prendre ces gens au sérieux quand ils font la promotion du touriste et acceptent que le parc industriel de Caracol soit un élément déstabilisateur de l’écosystème des plans d’eau, dont la Baie de Caracol, la troisième plus belle baie au monde avec ces mangroves et récifs coralliens et du patrimoine historique de cette région, là où se trouve l’emplacement du fortin de la Nativité, du premier port commercial du Nouveau Monde, et j’en passe? Sans compter les effets néfastes de la migration vers cette région d’un nombre important de travailleurs; la pression démographique qui s’en suivra pèsera lourdement sur la configuration du milieu. Aussi, les industries du parc industriel utiliseront une centrale électrique au mazout; l’utilisation des cours d’eau de la région pour déverser les eaux usées sont des facteurs aggravants sur l’environnement. L’expérience des industries d’assemblage à Port-au-Prince sous la dictature de Jean-Claude Duvalier nous a légué la bidonvilisation de la capitale et l’affaiblissement de l’agriculture, donc le début de la dépendance alimentaire du pays. Si les promoteurs de ce projet nous font miroiter la création de 100 000 à 300 000 emplois dans cinq ans, la volatilité des avantages comparatifs (bas salaires et incitatifs fiscaux) n’est pas un gage de la perpétuation de ces emplois.

L’argument que les opposants à ma thèse peuvent soulever iront dans le sens de l’importance de la création d’emplois dans un pays où les emplois sont rares, on doit faire l’économie des considérations écologiques ou historiques. Qu’à cela je répliquera que les promoteurs sont prêts à en tenir compte dans la mesure où l’État haïtien investisse 54 millions de dollars. De plus, le gouvernement devrait prévoir des infrastructures proportionnelles à cette poussée démographique appréhendée. Dans un autre ordre d’idées, en quoi le parc industriel de Caracol s’articule-t-il avec le campus universitaire fraichement construit ? Où est la synergie entre ces deux entités dans le cadre d’une politique de développement intégrée ?

Tout compte fait, l’énoncé de politique générale de Laurent Lamothe confirme notre appréhension que ce dernier est beaucoup plus fort dans la propagande que dans sa capacité de penser le développement du pays. Dans plusieurs billets précédents, nous avons révélé le trait caractériel du nouveau Premier ministre dans sa propension à mentir juste pour la beauté du jeu ou pour ses intérêts particuliers en conjonction avec ceux de ces acolytes. Les slogans font partie de l’appareillage intellectuel de ce dernier comme sa fameuse politique de la diplomatie des affaires que nous avons démontré l’ineptie dans l’un de nos billets.



Messages les plus consultés de ce blogue

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Le nationalisme démagogique : appel au peuple pour financer les élections.

Tous les peuples ont un fardeau mental qu’ils portent en eux : l’inconscient collectif. Nous agissons suivant une sorte d’algorithme historique, que je pourrais appeler récursivité historique. C’est une boucle récurrente (laviwondede) invisible qui nous fait battre la mesure sur place. Le jour où on arrive à enprendre conscience, on peut y regarder de plus près et voir en quoi que cela nous est salutaire ou fatal. Là, et seulement là, que l’on commencera véritablement à se diriger à bon port, à mettre la main sur le drame, s’il y a lieu, ou sur le génie, s’il s’avère. Malheureusement, il y a des peuples qui restent trop souvent engoncés dans trop de schèmes mentaux vieillots : les Britanniques ont perdu en partie leur hégémonie par manque de formation d’ingénieurs, les Chinois se croyaient le nombril du monde, d'où l'appellation de l'Empire du Milieu autrefois, et les français par trop d’élitisme de leur système d’éducation selon Daniel Cohen. Et les Haïtiens, j’ajouterai,…