samedi 17 mars 2012

La nationalité de Michel Martelly est douteuse

Le président Michel Martelly a présenté au total... (Photo: Swoan Parker, Reuters)Après le tapage médiatique du président Michel Martelly en exhibant ses huit passeports haïtiens, le parlement haïtien n’en démord pas et signe que le chef de l’état reste et demeure suspect de double nationalité. L’argument en béton armé de Michel Martelly, en plus des passeports, est la déclaration de l’ambassadeur américain qui affirme que celui-là n’est pas citoyen américain. Pourquoi donc le doute persiste?

Passeports de Michel MartellyTrois arguments vont dans ce sens. Le premier est que l’étude des huit passeports par le corps législatif soulève des interrogations inquiétantes et judicieuses. Un des passeports a été trafiqués : au lieu de trente-deux pages, il en possède trente-trois. Le deuxième concerne la double identité : le président est connu aussi sous le nom de Michael Martelly. Alors que l’ambassadeur américain s’est prononcé sur la nationalité de Michel Martelly et non de Michael Martelly. Le troisième finalement est l’affirmation du sénateur Anick François Joseph que le 21 novembre 2007 voyageait à bord de la American Airlines en possession d’un passeport américain.

Joseph Lambert      youri  Latortue
Youri Latortue et Joseph Lambert, deux sénateurs magouilleursDevant tous ces indices, tous les arguments du chef de l’état tombent comme un château de cartes. Cependant, il faut reconnaitre que l’amateurisme des parlementaires a fait trainer cette affaire, l’a embourbée dans les méandres de la démagogie, de la realpolitik. L’enquête sur la nationalité du premier citoyen de la nation n’a eu aucun support d’experts en la matière. Par ailleurs, au sein de la commission, il y a quelques sénateurs qui se servent  de cette situation pour se faire du capital économique, pour se remplir les poches. Aussi, l’intervention de l’ambassadeur américain participe de tout cet imbroglio, vu que l’oncle Sam est dans une année électorale. Par conséquent, on peut affirmer sans se tromper, que le diplomate américain a été assez léger dans sa prise de position.

http://haiti-tribune.blogspot.com/

mardi 13 mars 2012

Michel Martelly s'en fout du bien-être d'Haïti


visite surprise de Michel Martelly au CIMO, Police nationale d'Haïti.
Visite surprise de Michel Martelly au CIMO, Police nationale
d'Haïti
Hier, le lundi 12 mars 2012, Michel a rendu visite Au Corps d'Intervention et de Maintien de l'Ordre (CIMO), un corps d’élite de la police nationale d’Haïti. Depuis près de neuf mois que le président est à la tête du pays, ce n’est qu’aujourd’hui qu’il a constaté avec stupéfaction les conditions de travail exécrables de ces policiers. Même le bâtiment qui loge les membres de ce corps
de la police est dans un état piteux. Consterné par cet état de fait, le chef de l’ état fait appel aux ambassadeurs des États-Unis et du Canada pour venir constater l’état de délabrement des lieus et les faibles ressources matérielles et financières à la disposition de ces agents de maintien de l’ordre, sans oublier d’ajouter que ce sont les gouvernements ces dernières qui veulent le renforcement de la police.

Il faut en rire ou pleurer devant une tel comportement d’un président de la République. Ce n’est un secret pour personne que la police nationale n’est pas du tout équipée. Que Michel Martelly fait semblant d’être offusqué, aujourd’hui, de voir des policiers laissés à eux-mêmes pendant que l’insécurité gruge du terrain, cela nous fait montre l’irresponsabilité de nos dirigeants. Qu’il appelle aux ambassadeurs canadiens et américains, c’en est une autre preuve de la mentalité de mendiants qui nous habite. Et pourtant le président nous avait habitué à une image d’autonomie, de grandeur d’antan, de fierté nationale. Où est passé le serment nationaliste de notre président?

C’est vrai, c’est l’armée qui est la priorité du chef de l’état, ou du moins la milice rose. A voir comment les milices roses sont équipées, ça ne fait pas de doute que la police est laissée sous la responsabilité des étrangers. Ça montre aussi que le président accepte délibérément que le pays est sous occupation. Le nationalisme du président n’en est que pour la galerie.

Grammaire de la pensée philosophique haïtienne (4 de 5)

Jouer à l'autruche; angoisse de la vérité→→→→ Le groupe musical, Les frères Parent, dans les années 80, disait que les problèmes Est-...