Passer au contenu principal

Michel Martelly s'en fout du bien-être d'Haïti


visite surprise de Michel Martelly au CIMO, Police nationale d'Haïti.
Visite surprise de Michel Martelly au CIMO, Police nationale
d'Haïti
Hier, le lundi 12 mars 2012, Michel a rendu visite Au Corps d'Intervention et de Maintien de l'Ordre (CIMO), un corps d’élite de la police nationale d’Haïti. Depuis près de neuf mois que le président est à la tête du pays, ce n’est qu’aujourd’hui qu’il a constaté avec stupéfaction les conditions de travail exécrables de ces policiers. Même le bâtiment qui loge les membres de ce corps
de la police est dans un état piteux. Consterné par cet état de fait, le chef de l’ état fait appel aux ambassadeurs des États-Unis et du Canada pour venir constater l’état de délabrement des lieus et les faibles ressources matérielles et financières à la disposition de ces agents de maintien de l’ordre, sans oublier d’ajouter que ce sont les gouvernements ces dernières qui veulent le renforcement de la police.

Il faut en rire ou pleurer devant une tel comportement d’un président de la République. Ce n’est un secret pour personne que la police nationale n’est pas du tout équipée. Que Michel Martelly fait semblant d’être offusqué, aujourd’hui, de voir des policiers laissés à eux-mêmes pendant que l’insécurité gruge du terrain, cela nous fait montre l’irresponsabilité de nos dirigeants. Qu’il appelle aux ambassadeurs canadiens et américains, c’en est une autre preuve de la mentalité de mendiants qui nous habite. Et pourtant le président nous avait habitué à une image d’autonomie, de grandeur d’antan, de fierté nationale. Où est passé le serment nationaliste de notre président?

C’est vrai, c’est l’armée qui est la priorité du chef de l’état, ou du moins la milice rose. A voir comment les milices roses sont équipées, ça ne fait pas de doute que la police est laissée sous la responsabilité des étrangers. Ça montre aussi que le président accepte délibérément que le pays est sous occupation. Le nationalisme du président n’en est que pour la galerie.

Messages les plus consultés de ce blogue

Historique d'un mode de pensée sénile.

L'être humain aime bien se conforter des idées reçues, des lieux communs, bref des recettes toutes faites. Par expérience, je constate souvent si tu décides de changer la façon de faire ou de comprendre, tu as en général plus de 80% des gens qui s'y opposent grosso modo. Le reste, on y trouve des indifférents ou insouciants, qu'on peut estimer à 16%. Et le reste du reste, soit le 4% restant, plus de 3% qui est dans l'expectative. Et enfin, ce qui reste de tous les restes, les esprits dynamiques. Il ne faut surtout pas oublier que toutes ces catégories soient stratifiées, donc elles ne sont pas d'une homogénéité parfaite. Ainsi s'y retrouvent des sous-catégories. C'est donc un constat attesté partout, à la différence, dans les pays où les gens ont reçu une formation dépouillée de religiosité, l'ouverture d'esprit de cette frange les rend plus perméable aux idées nouvelles. L'exemple d'Einstein qui a trouvé un petit noyau de physiciens qui av…

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Grammaire de la pensée philosophique haïtienne (3 de 5)

Dans cette série de cinq articles de la grammaire de la pensée philosophique haïtienne, je reste dans le même registre que les deux précédents articles. Depuis cinq ans, j'ai posé les bases de ma recherche sur les causes de la déchéance d’Haïti dans mon article intitulé Problématique haïtienne. En général, les Haïtiens préfèrent les slogans qui caricaturent la réalité du pays sans faire une analyse anatomique de cette décente abyssale dans les limbes depuis 1804, date du triomphe de l'une des plus grandes révolutions de l'humanité. Je les comprends, car il est difficile de se regarder dans un miroir sans œillères. L'Homme étant ce qu'il est tout changement épistémique le déséquilibre. Et Dieu seul sait combien qu'il adore les certitudes même les plus abêtissantes. Dans le cas de l'Haïtien, il se morfond; il meurt à petit feu que de virer de bord parce que son éducation cognitive le conforte dans des certitudes perpétuelles. Et cependant, l'effort doit ê…