Passer au contenu principal

Messages

Affichage des messages portant l'étiquette Martelly

Blocage inextricable et malsain

Les lieux communs de l'analyse politiqueSi on est contre Sweet Micky, cela implique-t-il automatiquement que l'on soit pro Lavalas? Ne pas vouloir le renvoi de Sweet Micky pour éviter que Lavalas prenne le pouvoir, est-ce une bonne décision? Entre le pire et le mauvais c'est encore le mal. On n'a pas à choisir entre deux maux. Rester immobile pour ne pas faire le jeu de Lavalas est une approche qui dénote une peur obsidionale et l'incapacité de pensée du neuf. C'est même de l'enfantillage. C’est ainsi que je posais l’équation d’après mes observations d’alors. L’apocalypse appréhendée ne s’est pas concrétisée et on dirait même qu’il n’y a jamais eu de crise en perspective. Aujourd’hui, j’aurais formulé autrement ce carcan psychique. Cette constante de l’histoire haïtienne depuis l’indépendance est trop récurrente pour ne pas en tenir compte. Ce plaisir morbide à s’autodétruire est cette pathologie qu’on pourrait désigner de syndrome de la chaise vide : le f…

La politique est envahissante…

Méfiez-vous des gens qui disent qu'ils ne font pas de la politique. Ils vous donneront comme raison que la politique est sale, qu'ils ne vont pas se mêler de la politique pour ne pas subir les aléas de cette dernière. Cependant,toute société humaine est par essence politique. L'être humain est un animal politique; les affaires de la cité sont les affaires de tout le monde. Si tu ne fais pas de la politique, donc tu ne t'occupes pas de tes intérêts, quelqu'un d'autre s'en chargera et le résultat ne serait certainement ce que tu aurais souhaité. Vivre dans un environnement agréable ou pas dépend de ton implication ou non dans les affaires de la cité. Tes choix politiques reflèteront ce que sera ton coin de terre : ton village, ta ville, ta commune, ton département et, finalement, ton pays. On a inculqué aux masses de se détourner de leurs intérêts afin qu'elles n'encombrent pas les voies du marchandage entre les professionnels des choses de la cité, …

LE CSPJ RATERA-T-IL SON RENDEZ-VOUS AVEC L’HISTOIRE?

L’opinion publique haïtienne est accoutumée avec les sempiternelles histoires de pots-de-vin qui altèrent profondément toutes les composantes de la société haïtienne. Cependant, la corruption et la mainmise des hauts fonctionnaires ont atteint son apogée, après l’avènement au pouvoir de M. Joseph Michel Martely, dû au manque de vision à long terme du gouvernement. D’aucun pensait que le gouvernement Martelly-Lamothe était de bonne foi lorsqu’ils ont manifesté leur volonté de finir avec le cycle infernal des institutions provisoires dont le Conseil Électoral, et de consolider l’indépendance du pouvoir judiciaire. Le sort en est jeté!

Malgré les nombreux scandales qui ont éclaboussé le système judiciaire dans le passé, on se croirait à l’abri des supercheries d’une fonction publique gangrénée, après l’entrée en fonction des membres du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ). Mais l’histoire vient de nous prouver le contraire. En effet, les organisations de la société civile, l’Ass…

Le pouvoir de Martelly, stade suprême de décomposition sociale

Après une année passée à la tête du pays par Sweet Micky, suite à une mascarade électorale du premier tour où l’OEA (Organisation des États Américains) a décidé par des calculs statistiques savants des protagonistes du second tour, dont Mirlande Manigat et Michel Martelly sont les rescapés. Aujourd’hui c’est l’heure du bilan. Pour analyser cette première année du quinquennat du président du compas(musique haïtienne), je porterai une attention particulière sur sa gouvernance, sur son programme d’éducation et, finalement, son programme économique. D’emblée nous dirons que dans les premiers mois, les bonnes intentions et la rhétorique de l’initiative interne ou endogène, contraire à la politique de quémandeur pratiquée par ses prédécesseurs, me paraissaient rafraichissantes. Aujourd’hui cette rhétorique est vide de sens puisqu’elle ne s’accompagne pas d’initiatives concrètes. En effet, le chef de l’état rentre dans les rangs comme ses prédécesseurs et fait appel à l’aide internationale p…

Lamothe et Martelly, un coktail désagréable pour Haïti

J’ai eu longtemps envie d’attaquer au slogan du ministre des affaires étrangères de Michel Martelly, Laurent Lamothe, de la diplomatie des affaires. Je trouvais que cette notion, à priori, avait plus une connotation de propagande que d’une réelle portée constructive du point de vue des relations internationales. Autrement dit, c’est une vision très réductrice des relations internationales.  Celles-ci incluent  tous les champs des relations entre États, allant de la politique étrangère proprement dite aux relations économiques, en passant par les relations para étatiques (ONG, multinationales). Bref, tout État sérieux doit avoir sa philosophie des relations interétatiques, en fonction de sa géopolitique (géographie, histoire, sociologie,  économique, etc. ).

Donc, la politique des affaires de Laurent Lamothe ne représente qu’une infime partie des relations internationales.  L’articulation de la diplomatie d’un État  doit tenir compte des enjeux du moment avec ses forces et ses faibles…

Haïti is open for business

Martelly sur tous les fronts
Cette semaine, Haïti a connu une effervescence en ce qui a trait aux projets d'investissement, soit par la conférence de deux jours à l'hôtel Karibe où s'est réuni environ 500 investisseurs étrangers afin de leur présenter les opportunités qu'offre le pays. Le Lundi 28 novembre, c'était l'inauguration du Parc industriel du Nord. Lors de la conférence, le gouvernement a annoncé la création d'un guichet permettant aux investisseurs d'enregistrer leurs entreprise à l'intérieur de 10 jours. Deux jours plus tard, Michel Martelly accompagné d'une forte délégation gouvernementale, s'envolait pour Caracas, la capitale du Venezuela au sommet des Chefs d'État et de gouvernement de la Communauté des États latino-américains et caraibéens (CELAC). Le président ne chôme vraiment pas.

Une rupture libératrice
Que l'on soit pro ou contre Martelly, une chose est sûre, il est en rupture dans son approche du développement …