Passer au contenu principal

LE CSPJ RATERA-T-IL SON RENDEZ-VOUS AVEC L’HISTOIRE?

L’opinion publique haïtienne est accoutumée avec les sempiternelles histoires de pots-de-vin qui altèrent profondément toutes les composantes de la société haïtienne. Cependant, la corruption et la mainmise des hauts fonctionnaires ont atteint son apogée, après l’avènement au pouvoir de M. Joseph Michel Martely, dû au manque de vision à long terme du gouvernement. D’aucun pensait que le gouvernement Martelly-Lamothe était de bonne foi lorsqu’ils ont manifesté leur volonté de finir avec le cycle infernal des institutions provisoires dont le Conseil Électoral, et de consolider l’indépendance du pouvoir judiciaire. Le sort en est jeté!

Malgré les nombreux scandales qui ont éclaboussé le système judiciaire dans le passé, on se croirait à l’abri des supercheries d’une fonction publique gangrénée, après l’entrée en fonction des membres du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ). Mais l’histoire vient de nous prouver le contraire. En effet, les organisations de la société civile, l’Association Nationale des Magistrats Haïtiens et la Fédération des Barreaux de la République ont monté au créneau pour fustiger le comportement infâme de Me. Anel Alexis, Président du CSPJ, également Président de la Cour de Cassation, ultime instance judiciaire du pays. L’homme de (doigt) a donné un coup de massue à la confiance des citoyens lorsqu’il choisit, ses trois représentants devant faire partie du Conseil Électoral Permanent, en dehors des normes prescrites par la loi. Le Président et ses quatre congénères de l’institution, peu de jours après leur investiture, ont cautionné l’emprise du pouvoir sur le CEP par le choix guidé des trois personnalités qui devraient y siéger. 

Si un homme de loi de la trempe du président du CSPJ et de la Cour de Cassation s’est laissé délibérément manipulé par notre président sulfureux, qu’en serait-il donc pour un fonctionnaire de cadre intermédiaire? Depuis le départ du dictateur Jean Claude Duvalier en février 1986, la situation politique, économique et sociale du pays se dégénèrent tellement que le pays a connu des crises successives insurmontables de toute sorte dont une carence criante de leadership sur l’échiquier politique haïtien. Ces crises se sont empirées au fil des ans, pour ensuite culminer à la candidature et à l’accession du chanteur Michel Martelly au timon des affaires de l’État. Il va sans dire que le déficit de crédibilité dont jouit le pays est omniprésent. De l’exécutif, en passant par les pouvoirs judiciaire et législatif, jusqu’aux simples fonctionnaires de l’État.

Somme toute, cette jeune institution qui a finalement vu le jour, le mois dernier, selon les vœux de la constitution de 1987, s’embourbe d’ores et déjà dans les irrégularités administratives. Pourtant, le processus de sélection des membres constituants le CSPJ était tellement rigoureux et démocratique que la population s’en était félicitée. Mais les quatre membres, par qui le scandale est arrivé, ont fait miroiter au conseil l’auréole de la gloire. La vigilance ainsi que la détermination dénotées des opérateurs du système, laissent poindre une lueur d’espoir à l’horizon. Ce faisant, leurs moindres fait et geste seront scrutés à la loupe et leurs décisions resteront gravées dans la mémoire collective pour toujours. 

Denis Jules

Messages les plus consultés de ce blogue

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Historique d'un mode de pensée sénile.

L'être humain aime bien se conforter des idées reçues, des lieux communs, bref des recettes toutes faites. Par expérience, je constate souvent si tu décides de changer la façon de faire ou de comprendre, tu as en général plus de 80% des gens qui s'y opposent grosso modo. Le reste, on y trouve des indifférents ou insouciants, qu'on peut estimer à 16%. Et le reste du reste, soit le 4% restant, plus de 3% qui est dans l'expectative. Et enfin, ce qui reste de tous les restes, les esprits dynamiques. Il ne faut surtout pas oublier que toutes ces catégories soient stratifiées, donc elles ne sont pas d'une homogénéité parfaite. Ainsi s'y retrouvent des sous-catégories. C'est donc un constat attesté partout, à la différence, dans les pays où les gens ont reçu une formation dépouillée de religiosité, l'ouverture d'esprit de cette frange les rend plus perméable aux idées nouvelles. L'exemple d'Einstein qui a trouvé un petit noyau de physiciens qui av…

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…