Passer au contenu principal

Le pouvoir de Martelly, stade suprême de décomposition sociale

Laurent Lamothe,Sabrina Baker, Michel MartellyAprès une année passée à la tête du pays par Sweet Micky, suite à une mascarade électorale du premier tour où l’OEA (Organisation des États Américains) a décidé par des calculs statistiques savants des protagonistes du second tour, dont Mirlande Manigat et Michel Martelly sont les rescapés. Aujourd’hui c’est l’heure du bilan. Pour analyser cette première année du quinquennat du président du compas(musique haïtienne), je porterai une attention particulière sur sa gouvernance, sur son programme d’éducation et, finalement, son programme économique. D’emblée nous dirons que dans les premiers mois, les bonnes intentions et la rhétorique de l’initiative interne ou endogène, contraire à la politique de quémandeur pratiquée par ses prédécesseurs, me paraissaient rafraichissantes. Aujourd’hui cette rhétorique est vide de sens puisqu’elle ne s’accompagne pas d’initiatives concrètes. En effet, le chef de l’état rentre dans les rangs comme ses prédécesseurs et fait appel à l’aide internationale pour le plus insignifiant des projets.

Durant cette première année, Martelly a accumulé gaffes après gaffes. L’une d’elle est l’arrestation du député Arnel Bélizaire. cette forfaiture est arrivée au moment même où le président a lancé son slogan «Haiti is open for business». Ce n’est pas une quelconque opposition qui a mis le bâton dans les roues du président, c’est lui-même qui s’est tiré dans les pieds. Du 14 mai 2011 à aujourd’hui, c’est son quatrième choix de Premier ministre avec Laurent Lamothe, après la démission Garille Conille qui n’a passé que quelque trois mois à la tête de la primature. Aussi la tendance du président à fonctionner en dehors du cadre légal est symptomatique. Le fond d’éducation, qui est une ponction sur les frais d’appel internationaux et les transferts d’argent de la diaspora, n’a encore fait l’objet d’aucune loi cadre. Sans compter les différents propos ou gestes désobligeants  du président à l’égard de la Presse.

Sur le plan de sa politique d’éduction, au début sa volonté de mettre à l’école les enfants étaient très louables. Mais, avec le temps, son programme est devenu une vaste farce quand il a prétendu avoir mis à l’école 1 millions d’enfants. Là le président prend tous les Haïtiens pour des cancres. À quelles écoles, dans quels espaces, avec quels enseignants le chef de l’état a-t-il réalisé ce rêve chimérique ? Quand on connait la médiocrité générale des maitres dans le système scolaire, quand on sait que l’éducation doit s’articuler autour d’un projet de société, quand sait que le matériel pédagogique était inadéquat et insuffisant avant cette fameuse «politique», de quelle éducation parle notre cher président ?

Finalement, sur le plan économique, les intentions n’ont pas cédé le pas au pragmatisme. La pensée mystico-scientifique, soit avec la fameuse politique de la diplomatie des affaires et le dévouement de la ministre du tourisme dans la  promotion du tourisme sans créer des conditions objectives, se manifeste clairement par ces exemples et fait montre l’incapacité de ces gens de penser le développement de façon cohérente. La dernière perle en date c’est la prévision de Laurent Lamothe dans sa politique générale de faire d’Haïti en 2030 un pays émergent, c’est-à-dire un pays comme le Brésil, par exemple. Qu’avait-il fumé ce jour-là, ce cher Lamothe ? Un conseil salutaire : change de fournisseur.

Messages les plus consultés de ce blogue

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Le nationalisme démagogique : appel au peuple pour financer les élections.

Tous les peuples ont un fardeau mental qu’ils portent en eux : l’inconscient collectif. Nous agissons suivant une sorte d’algorithme historique, que je pourrais appeler récursivité historique. C’est une boucle récurrente (laviwondede) invisible qui nous fait battre la mesure sur place. Le jour où on arrive à enprendre conscience, on peut y regarder de plus près et voir en quoi que cela nous est salutaire ou fatal. Là, et seulement là, que l’on commencera véritablement à se diriger à bon port, à mettre la main sur le drame, s’il y a lieu, ou sur le génie, s’il s’avère. Malheureusement, il y a des peuples qui restent trop souvent engoncés dans trop de schèmes mentaux vieillots : les Britanniques ont perdu en partie leur hégémonie par manque de formation d’ingénieurs, les Chinois se croyaient le nombril du monde, d'où l'appellation de l'Empire du Milieu autrefois, et les français par trop d’élitisme de leur système d’éducation selon Daniel Cohen. Et les Haïtiens, j’ajouterai,…