Passer au contenu principal

Michel Martelly : entre la volonté et l'ignorance

La volonté

Il serait injuste de dire du président haïtien, Michel joseph Martelly, qu'il n'a pas la volonté de voir le pays sortir de l'ornière de la misère. Il y a chez le président une obsession d'une Haïti qui ne soit plus la paria du monde. On a qu'à voir son approche de présenter aux investisseurs les possibilités d'investissement dans le pays dans différents domaine, dont le tourisme pour ne citer que cela. C'est une démarcation nette par rapport à la pratique des anciens gouvernements, qui ne faisaient que quémander auprès des institutions internationaux et les officines des pays occidentaux, dont les États-Unis, le Canada, l'Union européenne, et j'en passe. C'en est une attitude qui veut rompre avec la mentalité de mendicité. Ce qui est sans un apport majeur de ce régime en créant une rupture méthodologique inédite.

L'ignorance

Le président a l'art de se fourvoyer ou se mettre les doigts dans les yeux. Après quatre long mois sans gouvernement, Martelly est arrivé à former un gouvernement qui devait commencer à rendre opérationnelles les promesses électorales de ce dernier. Pendant que vient à peine de se mettre en place, le président crée une crise majeure en faisant le député Arnel Bélizaire, suite à une querelle entre les deux hommes au palais national. Celui-là déclarait en grande pompe qu'il n'accepterait plus que quiconque vienne manquer de respect à la présidence, qu'il possède l'immunité ou pas, il ne sortira pas vivant du palais. Il renchérit que plusieurs membres du corps législatif ne sont que des repris de justice, et patati et patata.


La logique

Où est la logique dans ce geste ? Après avoir passé quatre long mois sans gouvernement, était-ce le moment de provoquer une crise institutionnelle ? Ne serait-ce pas plus de créer toutes les conditions pour que la toute nouvelle équipe gouvernementale puisse commencer à adresser les nombreuses promesses de la campagne électorale, entre autres l'état de droit. À bien y penser, le premier des conseiller de Michel Martelly est Roro Nelson. Quel conseiller imbu de la chose politique aurait pu commettre une faute aussi élémentaire? Il est vrai que Michel Martelly fait partie de la mouvance duvaliériste. Cependant, peu importe son allégeance, s'il avait de vrais conseillers aguerris à la chose politique, il lui mettrait en garde contre la décision d'arrêter le député Bélizaire, car le temps de papa doc et de baby doc est révolu. Si le peuple haïtien a tout perdu mais il lui reste cette conquête du droit à la parole qu'il a gagné au prix de grand sacrifice.

Si le président veut absolument que ce pays fasse un bond en avant, il devrait commencer à mettre de l'eau dans son clairin et s'entourer de gens capables de lui opposer la vérité de l'art de la politique, un art si difficile à appréhender même pour le plus averti analyste ou politologue. Finalement, si le président Michel Martelly continue à prendre ses vessies pour des lanternes, ses promesses risques de rester lettres mortes.


Messages les plus consultés de ce blogue

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Historique d'un mode de pensée sénile.

L'être humain aime bien se conforter des idées reçues, des lieux communs, bref des recettes toutes faites. Par expérience, je constate souvent si tu décides de changer la façon de faire ou de comprendre, tu as en général plus de 80% des gens qui s'y opposent grosso modo. Le reste, on y trouve des indifférents ou insouciants, qu'on peut estimer à 16%. Et le reste du reste, soit le 4% restant, plus de 3% qui est dans l'expectative. Et enfin, ce qui reste de tous les restes, les esprits dynamiques. Il ne faut surtout pas oublier que toutes ces catégories soient stratifiées, donc elles ne sont pas d'une homogénéité parfaite. Ainsi s'y retrouvent des sous-catégories. C'est donc un constat attesté partout, à la différence, dans les pays où les gens ont reçu une formation dépouillée de religiosité, l'ouverture d'esprit de cette frange les rend plus perméable aux idées nouvelles. L'exemple d'Einstein qui a trouvé un petit noyau de physiciens qui av…

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…