Passer au contenu principal

Le mal haïtien : une endémie séculaire

La gravité de la situation d’Haïti ne peut être saisie à travers le prisme du conjoncturel ou de l'évènementiel. Diaboliser le nouveau pouvoir, celui de Martelly-Lamothe comme épiphénomène, c'est rater le bateau dans la compréhension des racines du mal qui gangrène ce pays arrivé à sa métastase; il n'est que la reproduction d'un savoir-faire dans l'art de détruire ce pays. Dans l'inconscient collectif, s'imprègnent les germes de destruction massive de tout un peuple : drôle de bizarrerie. Le suicide collectif est orchestré par des élites qui auraient dû être en mesure de se hisser à la hauteur du drame annoncé. À force de mystifier le bon vieux peuple, les élites se mystifient elles-mêmes; elles finissent par prendre des vessies pour des lanternes. Ce pays est un terroir fertile pour les mercenaires, les flibustiers et pirates de tous acabits. L'histoire de ce pays recèle la quintessence de tout ce qui est aux antipodes de la modernité : la zizanie Noirs/Mulâtres, citadins/campagnards, lettrés/illettrés, la rapinerie des fonds publics, l'absence d'éthique, etc. Où se trouve dans tout ça la cohésion sociale? On aime tous Haïti mais uniquement comme une merveilleuse putain pour assouvir tous nos plus bas instincts.

La naissance de ce pays a commencé par la manifestation de l'émotion que de la raison : l'acte de l'indépendance écrit par Boisrond Tonnerre touche les cordes sensibles de tout un peuple, en premier lieu Dessalines lui-même. En revanche, dans les faits le pillage financier orchestré par ce dernier et ces acolytes est rendu possible avec la bénédiction des Américains, des Anglais, etc. par le biais du commerce. Sa fameuse formule de «plumez la poule tant qu'elle ne crie pas» est la devise de gestion du nouvel État. Plus tard, quand il a voulu mettre en place une réforme agraire à l'emporte-pièce dans le sud, il a vite oublié qu'il était le premier à instituer la rapinerie des fonds publics comme méthode de gestion de l'État. Ce faisant, Dessalines ne pouvait s'attendre à ce que le reste de la population soit des anges. L'autre conception de celui-ci par ce questionnement « Et les pauvres Noirs dont les pères sont en Afrique, ils n'auront donc rien...» montre bien que les ressources du pays est un gâteau que chacun en arrache un morceau. Ce que le père fondateur n'a pas dit c'est que ces pauvres Noirs sont uniquement des généraux de la guerre de l'indépendance; l'empereur défend les intérêts d'un clan pas toutes les peaux d'ébène.

À la mort de Dessalines, assassinés par une coalition aussi bien de Mulâtres, de Noirs que de Blancs, le pays est divisé entre le nord sous l'autorité de Christophe, le sud et l'ouest revenaient à Pétion. La discorde avait atteint son paroxysme entre la volonté apparente de Pétion et ses acolytes de contrôler le pouvoir de Christophe et le refus de ce dernier d'être la marionnette d'une démocratie dont Pétion aurait les commandes. La rapinerie des fonds publics était essentiellement la règle dans la république de Pétion que le royaume de Christophe . Allant plus loin que Dessalines dans la dilapidation des ressources de l'État dans sa formule «voler l'État, ce n'est pas voler». Dessalines avait une certaine retenue car la poule ne devait pas crier, tandis que Pétion acceptait que la poule soit plumée jusqu'aux os. Sous ce dernier l'État s'est effondré car la république ne vivait que de prêts auprès de la finance internationale; les recettes de l'État étaient inexistantes. Quand Bonnet a pris le portefeuille des finances, il n'y avait dans la caisse de la république que treize piastres et trente-sept centimes. Sa volonté de redresser les finances publiques lui a valu l'éviction des affaires publiques car les forces de rapinerie des deniers publiques se sont liguées contre lui. Dieu seul sait que dans ce pays les magouilleurs ont le poids du nombre. Sans se tromper, on peut dire que Christophe ouvre une voie beaucoup plus lumineuse dans la gestion des deniers publics que Dessalines et Pétion. Il suffit de regarder l'ensemble du patrimoine laissé par celui-là pour se faire une juste idée.

Cette pratique de faire de l'État sa vache à lait devient la constante de tous les gouvernements de 1804 à nos jours. Sous le couvert d'un antagonisme Noirisme/Mulatrisme, les élites se sont donnés à cœur joie dans la prévarication : l'absence d'éthique à tous les niveaux de la société en est la pierre angulaire de ce laisser faire, de ce laisser passer; elle traverse toutes les couches sociales. Parmi les voleurs du procès de consolidation, trois d'entre eux sont devenus président : Cincinnatus Leconte, Tancrède Auguste et Vilbrun Guillaume Sam. On ne saurait passer sous silence la dilapidation des fonds public sous les gouvernements de Sténio Vincent, en passant par Dumarsais Estimé et Duvalier, à Martelly. D'ailleurs, l'accusation de corruption du journalisme dominicain Nuria Piera contre Michel Martelly est passée comme une lettre à la poste. Les projets orchestrés par la femme de Martelly n'ont aucun rapport à sa fonction de Première Dame. Pour cela, on ne saurait parler de corruption dans le cas d’Haïti mais plutôt de rapine ou kleptocratie car la corruption sévit partout, à un degré ou à un autre. À la différence des pays du Nord, le fruit de la corruption en Haïti déserte le territoire national pour d'autres cieux. Il est passé dans les mœurs haïtiennes que celui qui rapine est un être hautement intelligent.
À suivre

http://haiti-tribune.blogspot.com/2012/10/le-mal-haitien-une-endemie-seculaire.html
http://haiti-tribune.blogspot.com/2012/08/haiti-le-paradoxe-entre-la-volonte-et.html

Messages les plus consultés de ce blogue

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Historique d'un mode de pensée sénile.

L'être humain aime bien se conforter des idées reçues, des lieux communs, bref des recettes toutes faites. Par expérience, je constate souvent si tu décides de changer la façon de faire ou de comprendre, tu as en général plus de 80% des gens qui s'y opposent grosso modo. Le reste, on y trouve des indifférents ou insouciants, qu'on peut estimer à 16%. Et le reste du reste, soit le 4% restant, plus de 3% qui est dans l'expectative. Et enfin, ce qui reste de tous les restes, les esprits dynamiques. Il ne faut surtout pas oublier que toutes ces catégories soient stratifiées, donc elles ne sont pas d'une homogénéité parfaite. Ainsi s'y retrouvent des sous-catégories. C'est donc un constat attesté partout, à la différence, dans les pays où les gens ont reçu une formation dépouillée de religiosité, l'ouverture d'esprit de cette frange les rend plus perméable aux idées nouvelles. L'exemple d'Einstein qui a trouvé un petit noyau de physiciens qui av…

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…