Passer au contenu principal

Haiti : la mascarade au Sénat

La mascarade, une fin appréhendée


Hier soir au sénat, la montagne a accouché d'une souris. En effet, le rapport commandé par le sénat était on ne plus clair sur la chaine des responsables, en particulier l'implication directe du ministre de la défense,  Thierry Mayard Paul et, par omission d'exercer leurs prérogatives de supérieur hiérarchique, le Premier Ministre, Gary Conille et le ministre de la justice, Josué Pierre-Louis. Ce dernier a donné sa démission avant même la séance d'interpellation. L'une des conclusions de ce rapport est cependant l'interpellation des deux autres dignitaires précités, le fameux point f de ce dernier. Néanmoins, avant que cela soit possible, il a fallu que le sénat l'approuve. Au cours du débat, les sénateurs Youri Latortue et Joseph Lambert ont proposé de rayer le point f. Le vote qui s'ensuit confirmera ce retrait. En conséquence, le Premier Ministre et le ministre de la défense l'a bel et bien échappé bel. Alors, pourquoi les reports incessants si l'intention était d'avance de laisser l'acte odieux d'arrestation du député impuni?

 La démocratie en péril 


 En tout cas, le sénat a fait la démonstration que l'établissement d'un état de droit n'est pas pour demain. Faut-il croire que le président saura tirer leçon de cet évènement? Si c'est le cas, le proverbe chassons le naturel, il revient au galop ne serait plus de mise... Quand cette histoire aura cessé de faire des vagues, on verra par la suite si le président saura se retenir et agir en homme d'état. Le passé étant garant de l'avenir, revoir Michel Martelly faire du tapage à nouveau n'étonnerait aucune personne sensée et imbue du caractère incontournable de la nature humaine. Le chef de l'état, ayant l'habitude de faire des vagues au tour de lui, il ne saura certainement impossible de se retenir. N'est-ce pas que l'habitude est une seconde nature? Que ferons nos honorables sénateurs qui n'ont pas su dès aujourd'hui donner un cadre juridique et administratif contraignant au bon fonctionnement des institutions de l'État? Le rapport déposé au sénat ne montre-t-il pas le dysfonctionnement de l'État haïtien? N'a-t-on pas compris que ce qui s'est passé le lendemain de l'arrestation du député Bélizaire avec la pagaille qu'il y a eu à l'aéroport risquait la fermeture par l'OACI de l'unique port aérien du pays? Sans compter les multiples failles, dont je vous fais l'économie ici, dont souffrent tous les organes de l'État. Tout cela aurait dû amener, tout dirigeant digne de ce nom, de laisser de côté ses intérêts immédiats au profit de l'intérêt général. Il faut croire que le péril en la demeure n'est pas la priorité des senateurs, tels que Youri Latortue, Joseph Lambert et les neufs autres sénateurs qui ont voté pour le retrait du point f.


En guise de conclusion, je dirais : un si grand pays aux mains de si petits hommes. Cet inconscient collectif devrait faire frémir tout vrai patriote. La désinvolture avec laquelle toute cette situation a été traitée ne doit laisser aucune personne sensée indifférente.


http://www.radiotelevisioncaraibes.com/nouvelles/haiti/rapport_de_la_commission_sp_ciale_d_enqu_te_sur_l_arrestation_du.html

Messages les plus consultés de ce blogue

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Historique d'un mode de pensée sénile.

L'être humain aime bien se conforter des idées reçues, des lieux communs, bref des recettes toutes faites. Par expérience, je constate souvent si tu décides de changer la façon de faire ou de comprendre, tu as en général plus de 80% des gens qui s'y opposent grosso modo. Le reste, on y trouve des indifférents ou insouciants, qu'on peut estimer à 16%. Et le reste du reste, soit le 4% restant, plus de 3% qui est dans l'expectative. Et enfin, ce qui reste de tous les restes, les esprits dynamiques. Il ne faut surtout pas oublier que toutes ces catégories soient stratifiées, donc elles ne sont pas d'une homogénéité parfaite. Ainsi s'y retrouvent des sous-catégories. C'est donc un constat attesté partout, à la différence, dans les pays où les gens ont reçu une formation dépouillée de religiosité, l'ouverture d'esprit de cette frange les rend plus perméable aux idées nouvelles. L'exemple d'Einstein qui a trouvé un petit noyau de physiciens qui av…

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…