Passer au contenu principal

Investir en Haiti sur fond de crise étatique


                      Le lancement de l'investissement


S'ouvre en Haïti aujourd'hui deux jours de forum sur l'investissement. Une importante délégation d'investisseurs étrangers et locaux se réunissent à l'hôtel Karine Convention Sous l'instigation de la Banque interaméricaine de développement (BID), la fondation Clinton et le gouvernement haïtien. Aussi, hier, le 28 novembre 2011, a eu lieu l'inauguration du Parc industriel du Nord, à Caracole. C'est une semaine où l'économie semble prendre le pas sur la politique. Erreur. Il ne faut pas oublier que la chambre des députés ne s'est pas encore prononcé sur l'arrestation illégale du député Arnel Bélizaire. Le sénat, quant à lui, a déjà noyé le poisson en rejetant le point f du rapport qui demandait l'interpellation du ministre de la défense et de l'intérieur. En dépit de la mise à nu du dysfonctionnement de l'appareil étatique.


La déficience de l'État et l'investissement


Dans le rapport du sénat sur le cas de l'arrestation du député Arnel Bélizaire, il est montré clairement que le président de la République a mobilisé toutes les forces de répression du pays en passant outre les lois en vigueur; le caprice d'un seul homme devient loi, règle et procédures administratives. Cette pagaille institutionnelle ne semble pas être pour le sénat un problème majeur et périlleux pour cette construction de la démocratie en gestation depuis vingt-cinq ans, depuis la chute de Duvalier. La légèreté avec laquelle la question a été traitée démontre l'irresponsabilité généralisée des trois composantes de l'État, sois l'exécutif,  le législatif et le judiciaire. Dans une telle ambiance, l'investissement est-il propice? Quel investisseur avec un taux de risques institutionnels aussi élevés serait porté à faire un choix délibéré d’Haïti? 

Des facteurs favorables à l'investissement


Il va sans dire tout investisseur cherche des opportunités pour faire fructifier ses capitaux tout en minimisant les risques directs et indirects. Avant toute chose, celui-ci a besoin d'un cadre légal, c'est-à-dire des règles clairement définies, tant au niveau du droit de propriété, des infrastructures, sans compter des avantages fiscaux, que de la qualification de la main-d’œuvre. Aucun de ces aspects ne sont encore remplis par Haïti. D'après les statistiques de la Banque mondiale, Haïti est classée 163ème rang parmi 183 pays recensés où les conditions sont favorables à l'investissement . D'ailleurs ce n'est pas la première fois que des manifestations de promotion des investissements se produisent dans le pays. Les résultats sont bien évidents : le pays n'attire pas d'investisseur et la pauvreté ne va qu'en augmentation. Pendant ce temps, ni l'exécutif ni le législatif se sont jamais penchés concrètement afin de créer les conditions mentionnées ci-haut afin de faciliter l'investissement. Aujourd'hui, non plus, rien n'a encore été fait, et il n'y a rien qui augure un changement de cap des responsables.

La chambre des députés : réponse responsable


La chambre des députés a la responsabilité historique de donner une réponse intelligente, le deuxième lundi de janvier 2012. Les députés peuvent s'élever à la hauteur de leur mission, s'ils savent faire l'équilibre entre l'intérêt général et l'intérêt mesquin. À brûle pourpoint, je dois dire que la mise en accusation de président de la république est la pire recommandation. Ce serait même un acte qui ne permettra pas de résoudre le problème fondamental qui est la désarticulation des appareils de l'État. Toute réponse intelligence serait d'agir de façon diligente et méthodique. Dans un premier temps, il faut interpeller le ministre de la défense, Thiéry Mayard Paul et, dans d'autre part, mettre en branle le processus de la rédaction des lois cadres, suivant un calendrier clairement défini. Les affaires de l'État sont trop importantes pour qu'elles se résolvent sous le coup de l'émotion.
Espérons que, pour une fois, il y aura des responsables de l'État, - les députés en sont-, qui feront preuve à la hauteur de ce grand pays qu'est Haïti.




Messages les plus consultés de ce blogue

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Le nationalisme démagogique : appel au peuple pour financer les élections.

Tous les peuples ont un fardeau mental qu’ils portent en eux : l’inconscient collectif. Nous agissons suivant une sorte d’algorithme historique, que je pourrais appeler récursivité historique. C’est une boucle récurrente (laviwondede) invisible qui nous fait battre la mesure sur place. Le jour où on arrive à enprendre conscience, on peut y regarder de plus près et voir en quoi que cela nous est salutaire ou fatal. Là, et seulement là, que l’on commencera véritablement à se diriger à bon port, à mettre la main sur le drame, s’il y a lieu, ou sur le génie, s’il s’avère. Malheureusement, il y a des peuples qui restent trop souvent engoncés dans trop de schèmes mentaux vieillots : les Britanniques ont perdu en partie leur hégémonie par manque de formation d’ingénieurs, les Chinois se croyaient le nombril du monde, d'où l'appellation de l'Empire du Milieu autrefois, et les français par trop d’élitisme de leur système d’éducation selon Daniel Cohen. Et les Haïtiens, j’ajouterai,…