Passer au contenu principal

Bilan de la présidence de Martelly

Plus de 6 mois se sont écoulés depuis l'investiture du président d’Haïti, Michel Martelly, et 2 depuis l'installation du gouvernement dirigé par le Premier ministre Gary Conille. Il serait hasardeux de tirer des conclusions définitives. Cependant, on ne peut s'empêcher de constater l’amateurisme et l'incompétence politique du chef du gouvernement puisque celui-ci a accepté de jouer un rôle effacé en acceptant d'être vassalisé par le chef de l'état, en l’occurrence Michel Martelly. Ce faisant la portée politique de sa fonction a été éludée. Oubliant du même que les projets du gouvernement ne peuvent être efficaces s'ils ne sont pas vulgarisés. La fonction du chef du gouvernement est purement politique, contrairement à ce que répète constamment le prédent de la République.

Il y a chez cette équipe les mêmes tares du duvaliérisme, soit l'art du tapage politique sans de résultats concrets. En effet, durant ces 8 derniers mois, on a entendu des déclarations fracassantes qui ne se sont pas traduites du tout dans les faits. La gestion politique est à ce point menée avec désinvolture qu'elle s'est soldée par l'arrestation du député Arnel Bélizaire créant du même coup une crise étatique, et anhilant l'espoir pour une certaine frange de la population, en particulier dans la «petite bourgeoise». Au lieu de mettre en œuvre les promesses de Michel Martelly, la présidence aussi bien que la primature se sont engoncé dans la gestion des bêtises de celui-là depuis 2 mois, à l'exception de la parenthèse de la semaine de la conférence sur l'investissement, et cette crise continue encore au-delà de l'année 2011 parce que lundi prochain, la chambre des députés aura à se prononcer sur l'arrestation du parlementaire.

On a beau cherché la cohésion dans cette équipe, on en a trouvé qu'un ramassis d'incohérence, allant de la promesse de l'école gratuite pour tous, en passant par la bévue monumentale du président de mettre aux arrêts le parlementaire, au slogan «Haïti is open for business». Les chiffres lancés par Michel Martelly sur le nombre d'enfants qui ont pu profiter du programme de l'école gratuite sont grossièrement exagérés. Le forfait contre le député fait montre le crétinisme des conseillers du présent. Le slogan Haïti is open to business est une coquille vide. Nulle n'est besoin d'être spécialiste pour savoir qu'il existe des conditions nécessaires pour attirer des investisseurs, telles l'énergie, les infrastructures routières et la qualification de la main-d’œuvre, etc. Qu'en est-il de la promesse de sortir sous les tentes les sinistrés du séisme du 12 janvier? Allez donc savoir!
http://haiti-tribune.blogspot.com/2011/12/haiti-la-crise-etatique-continue.html 
http://haiti-tribune.blogspot.com/2011/12/le-pere-noel-arrive-en-haiti.html
http://haiti-tribune.blogspot.com/2011/11/michel-martelly-entre-la-volonte-et.html

Messages les plus consultés de ce blogue

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Le nationalisme démagogique : appel au peuple pour financer les élections.

Tous les peuples ont un fardeau mental qu’ils portent en eux : l’inconscient collectif. Nous agissons suivant une sorte d’algorithme historique, que je pourrais appeler récursivité historique. C’est une boucle récurrente (laviwondede) invisible qui nous fait battre la mesure sur place. Le jour où on arrive à enprendre conscience, on peut y regarder de plus près et voir en quoi que cela nous est salutaire ou fatal. Là, et seulement là, que l’on commencera véritablement à se diriger à bon port, à mettre la main sur le drame, s’il y a lieu, ou sur le génie, s’il s’avère. Malheureusement, il y a des peuples qui restent trop souvent engoncés dans trop de schèmes mentaux vieillots : les Britanniques ont perdu en partie leur hégémonie par manque de formation d’ingénieurs, les Chinois se croyaient le nombril du monde, d'où l'appellation de l'Empire du Milieu autrefois, et les français par trop d’élitisme de leur système d’éducation selon Daniel Cohen. Et les Haïtiens, j’ajouterai,…