Passer au contenu principal

Les élites haïtiennes : des canards boiteux

Durant les vingt-six dernières années, le pays a reculé à tous les niveaux. Imaginez seulement qu'à l'époque des Duvalier, Haïti présentait un tableau sombre et, après ces derniers, la dégringolade s'amplifiait. Le résultat ne pouvait pas être plus catastrophique. Le séisme du 12 janvier 2010 est venu compliqué les choses dans un pays où le chacun pour soi est la règle. Pensez en terme macroéconomique est une lointaine perception ou réalité: il manque d'intellectuels organiques dans le sens de Gramsci. Il manque tout simplement de penseurs qui constitueraient une masse critique. On trouve ça et là d'échantillons de penseurs noyés dans la masse de médiocrité.


Frantz Fanon
N'est-il pas vrai que l'intelligence est la faculté de contourner les contraintes inhérentes à la vie en général? L'intellectuel étant celui qui utilise son cerveau comme moyen de faire face aux contraintes, donc d'en proposer des solutions pratiques, il est donc de son ressort d'amener ses congénères à s'en sortir de leur carcan apparent, de trouver la solution de l'énigme. Frantz Fanon disait dans Les damnés de la terre que souvent les élites sont tellement loin de la réalité du reste de la population qu'ils leur arrivent d'affronter la dure réalité du pays réel à leur pays imaginaire quand ils se lancent dans la bataille pour concrétiser le pays de leur imagination. Si l'intellect ne peut intégrer dans sa pratique quotidienne ses réflexions ou ses conclusions, il est dans la fantaisie; ses idées ne sont que de la masturbation intellectuelle. Celui qui propose des solution doit commencer par appliquer et croire dans ses propositions. Cela en est un aspect de l'intellectuel organique. Aussi, par extension, les élites doivent être en mesure de modifier le cours des choses; elles ne peuvent pas être des arrière-gardes, mais des leaders.


Depuis l'indépendance (1804) jusqu'à ce jour, le pays régresse à tous les points de vue. Le mal semble inexorablement incurable. On se complaise à répéter avec délectation un certain nombre d'évidences apparentes : ayiti tè glise (Haïti, le pays de l'incertitude); peyi an pa gen moun serye(il n'y a pas de gens sérieux dans ce pays), ou byen se mantalite nou pou nou chanje (il faut changer notre mentalité), etc. Ces apories en apparence sont les moyens par excellence pour se faire passer comme quelqu'un qui pense les problèmes du pays. C'est la posture générale à tenir quand on veut se faire passer pour le Pic de la Mirandole. Le paraître est tellement important dans l'ego de l'Haitien qu'il surdétermine son être : on ne veut pas être ce qu'on est, on préfère être ce qu'on n'est pas; on se force même à être ce qu'on est pas.


Il est déconcertant de voir comment Michel Martelly a pu se hisser à la plus haute magistrature du pays sous le nez de militants invétérés. Son adversaire, en l'occurrence Mirlande Manigat, faisait piètre figure aussi bien durant sa campagne que dans le débat. Autre fait cocasse : certains prétendus intellectuels appuient Sweet Micky. Quelle gymnastique intellectuelle pouvait amener à ce choix? Allez donc savoir.

Messages les plus consultés de ce blogue

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Historique d'un mode de pensée sénile.

L'être humain aime bien se conforter des idées reçues, des lieux communs, bref des recettes toutes faites. Par expérience, je constate souvent si tu décides de changer la façon de faire ou de comprendre, tu as en général plus de 80% des gens qui s'y opposent grosso modo. Le reste, on y trouve des indifférents ou insouciants, qu'on peut estimer à 16%. Et le reste du reste, soit le 4% restant, plus de 3% qui est dans l'expectative. Et enfin, ce qui reste de tous les restes, les esprits dynamiques. Il ne faut surtout pas oublier toutes ces catégories sont stratifiées, donc elles ne sont pas d'une homogénéité parfaite. Ainsi s'y retrouvent des sous-catégories. C'est un constat attesté partout, à la différence, dans les pays où les gens ont reçu une formation dépouillée de religiosité, l'ouverture d'esprit de cette frange les rend plus perméable aux idées nouvelles. L'exemple d'Einstein qui a trouvé un petit noyau de physiciens qui avalisait sa …

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…