Passer au contenu principal

De la corruption au complot contre Martelly

Pedro Julio guerrero, ex colonel dominicain et Michel Martelly
Cette semaine un autre scandale fait son apparition dans l’actualité haïtienne et dominicaine : un complot binational se trame contre le président Martelly pour le renverser. De mèche avec un ex-colonel dominicain, Pedro Julio Goico Guerrero, un haïtien, Pierre Kansky de connivence avec des secteurs de la société, organise un complot afin de chavirer le chef de l’état démocratiquement élu. De concert avec les autorités dominicaines, les autorités haïtiennes mettent en branle l’appareil judiciaire pour sévir contre ceux qui mettent en danger la sureté de l’État.

Il est donc curieux que la conspiration contre le Premier citoyen d’Haïti vienne tout de suite après l’accusation de la journaliste dominicaine Nuria Piera du financement de la campagne présidentielle  de celui-ci et, au-delà de cette campagne, les sommes versées par le fameux sénateur dominicain, Felix Bautista. Il fallait être dupe pour croire sans se questionner sur la véracité des allégations de la présidence. Le démenti de la présidence des accusations de la journaliste ne convainc pas grand monde. Cette dernière confirme avoir de solides preuves pour corroborer ces affirmations. Quel est donc le sens de cette assertion  de conspiration contre le président de la République ?

Il est clair que la détermination de Michel Martelly de garder le pouvoir au-delà de son mandat de cinq ans est une tentation obsessionnelle. Autour de celui-ci se trouve  la satrapie duvaliériste, en l’occurrence Théo Archille, Jean-Claude Duvalier, Rony Gilot, Fritz Cinéas, etc. La propagande devient la formule de gouvernement : les 900 milles enfants qui auraient été envoyés à l’école, l’arrestation de l’étudiant de la faculté d’ethnologie, Jaksy Fritzbert, accusé de menace de mort contre le président, suite à l’altercation à la faculté d’ethnologie, sans compter le fameux slogan de Laurent Lamothe de la diplomatie des affaires ni oublier la prolifération de camps de paramilitaires, sont autant de preuve de la velléité de l’équipe au pouvoir d’instaurer un régime dictatorial en Haïti.

http://haiti-tribune.blogspot.com/2012/03/lamothe-et-martelly-un-coktail.html
http://haiti-tribune.blogspot.com/2012/04/corruption-michel-martelly-le-bandit.html
http://haiti-tribune.blogspot.com/2012/03/haiti-diplomatie-daffaires-ou.html
http://haiti-tribune.blogspot.com/2012/02/haiti-le-carnaval-de-sweet-micky-aux.html

Messages les plus consultés de ce blogue

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Le nationalisme démagogique : appel au peuple pour financer les élections.

Tous les peuples ont un fardeau mental qu’ils portent en eux : l’inconscient collectif. Nous agissons suivant une sorte d’algorithme historique, que je pourrais appeler récursivité historique. C’est une boucle récurrente (laviwondede) invisible qui nous fait battre la mesure sur place. Le jour où on arrive à enprendre conscience, on peut y regarder de plus près et voir en quoi que cela nous est salutaire ou fatal. Là, et seulement là, que l’on commencera véritablement à se diriger à bon port, à mettre la main sur le drame, s’il y a lieu, ou sur le génie, s’il s’avère. Malheureusement, il y a des peuples qui restent trop souvent engoncés dans trop de schèmes mentaux vieillots : les Britanniques ont perdu en partie leur hégémonie par manque de formation d’ingénieurs, les Chinois se croyaient le nombril du monde, d'où l'appellation de l'Empire du Milieu autrefois, et les français par trop d’élitisme de leur système d’éducation selon Daniel Cohen. Et les Haïtiens, j’ajouterai,…