Passer au contenu principal

Jacques Attali : analyse fondamentale de la crise financière et économique

Dans l'Express du 27 novembre 2011, Jacques Attali a livré une analyse extraordinaire de la crise financière et économique. En quelques mots, il a touché fondamentalement ce qui fait problème dans le système capitalisme. Dans cet article, l'auteur fait une radiographie des problèmes congénitaux du système, tant du point de vue de la circulation que de l'échange des marchandises. L'outil de la circulation des biens est la monnaie qui est une facilitatrice exceptionnelle dans l'échange des biens entre les acteurs économiques. En revanche, les ressources sont limitées: les matières, l'énergie, et j'en passe.

Le besoin insatiable du capital de faire fructifier à l'infini ses profits l'amène à créer des subterfuges par le biais du secteur financier pour multiplier à l'infini la capacité de croître les capitaux. Ce qu'on oublie trop souvent c'est que la contrainte de la rareté,- puisque les ressources sont limitées -, nous impose des choix rationnels: les dépenses des gouvernements ne peuvent pas et ne doivent pas être disproportionnelles, comme l'économie réelle ne peut l'être avec le secteur de la finance. Dans cette perspective, la démocratie qui est , selon Attali, «la meilleure façon de répartir librement des biens publics sous les contraintes de la rareté, comme le marché constitue la meilleure façon d'organiser le libre choix de biens sous la contrainte de la rareté.»

La rareté est donc la pierre angulaire autour de laquelle s'articule tout projet sociétal. Par contre, la nouvelle pensée va à l'encontre de ce principe et montre tout un appareillage qui nous conduit inexorablement vers la perte de la démocratie, vers la dictature des marchés financiers :

Quand le marché oublie cette contrainte de la rareté,
il pousse, par mille moyens, les consommateurs à
s'endetter. Et quand la démocratie l'oublie, l'État
bascule lui-aussi dans l'endettement. Et, quand elles
oublient les limites de leurs missions, les banques
commerciales organisent l'illusion de la disparition
de la rareté et les banques centrales leur fournissent
les moyens. Trop de crédit. Trop d'émission monétaire.

L'enchevêtrement d'un ensemble de conséquences fâcheuses guettent la stabilité de la planète, et la fonction de régulation de la démocratie se réduit au mirage; la liberté dans sa globalité perd son droit au profit d'une oligarchie, dans ce cas-ci financière. L'auteur reconnaît qu'on n'est pas encore rendu là. Néanmoins c'est une tendance forte dans la mesure où la situation évolue dans ce sens. Il propose en contrepartie qu'on change le paradigme actuel pour un modèle qui tiendra compte de la rareté, donc d'une répartition équitable de la richesse. Ainsi, nous pourrons profiter de tous ceux qui ne sont pas rares, tels que les idées, la tendresse, l'amitié, le rire, l'amour. En conséquence, on pourrait évoluer vers le développement de ces biens de consommation.

En guise de conclusion, je dirais que cette analyse est rafraîchissante par rapport à l'ensemble des analyses utilitaires qui pullulent dans la dissertation économique et financière. Comme il existe des lois de la physique, il y en a aussi du social, de l'économique et de la finance. La pensée utilitaire ne doit pas avoir le monopole de la pensée. Autrement, l'humanité court à sa perte.

Messages les plus consultés de ce blogue

Historique d'un mode de pensée sénile.

L'être humain aime bien se conforter des idées reçues, des lieux communs, bref des recettes toutes faites. Par expérience, je constate souvent si tu décides de changer la façon de faire ou de comprendre, tu as en général plus de 80% des gens qui s'y opposent grosso modo. Le reste, on y trouve des indifférents ou insouciants, qu'on peut estimer à 16%. Et le reste du reste, soit le 4% restant, plus de 3% qui est dans l'expectative. Et enfin, ce qui reste de tous les restes, les esprits dynamiques. Il ne faut surtout pas oublier que toutes ces catégories soient stratifiées, donc elles ne sont pas d'une homogénéité parfaite. Ainsi s'y retrouvent des sous-catégories. C'est donc un constat attesté partout, à la différence, dans les pays où les gens ont reçu une formation dépouillée de religiosité, l'ouverture d'esprit de cette frange les rend plus perméable aux idées nouvelles. L'exemple d'Einstein qui a trouvé un petit noyau de physiciens qui av…

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Grammaire de la pensée philosophique haïtienne (3 de 5)

Dans cette série de cinq articles de la grammaire de la pensée philosophique haïtienne, je reste dans le même registre que les deux précédents articles. Depuis cinq ans, j'ai posé les bases de ma recherche sur les causes de la déchéance d’Haïti dans mon article intitulé Problématique haïtienne. En général, les Haïtiens préfèrent les slogans qui caricaturent la réalité du pays sans faire une analyse anatomique de cette décente abyssale dans les limbes depuis 1804, date du triomphe de l'une des plus grandes révolutions de l'humanité. Je les comprends, car il est difficile de se regarder dans un miroir sans œillères. L'Homme étant ce qu'il est tout changement épistémique le déséquilibre. Et Dieu seul sait combien qu'il adore les certitudes même les plus abêtissantes. Dans le cas de l'Haïtien, il se morfond; il meurt à petit feu que de virer de bord parce que son éducation cognitive le conforte dans des certitudes perpétuelles. Et cependant, l'effort doit ê…