Passer au contenu principal

Jacques Attali : analyse fondamentale de la crise financière et économique

Dans l'Express du 27 novembre 2011, Jacques Attali a livré une analyse extraordinaire de la crise financière et économique. En quelques mots, il a touché fondamentalement ce qui fait problème dans le système capitalisme. Dans cet article, l'auteur fait une radiographie des problèmes congénitaux du système, tant du point de vue de la circulation que de l'échange des marchandises. L'outil de la circulation des biens est la monnaie qui est une facilitatrice exceptionnelle dans l'échange des biens entre les acteurs économiques. En revanche, les ressources sont limitées: les matières, l'énergie, et j'en passe.

Le besoin insatiable du capital de faire fructifier à l'infini ses profits l'amène à créer des subterfuges par le biais du secteur financier pour multiplier à l'infini la capacité de croître les capitaux. Ce qu'on oublie trop souvent c'est que la contrainte de la rareté,- puisque les ressources sont limitées -, nous impose des choix rationnels: les dépenses des gouvernements ne peuvent pas et ne doivent pas être disproportionnelles, comme l'économie réelle ne peut l'être avec le secteur de la finance. Dans cette perspective, la démocratie qui est , selon Attali, «la meilleure façon de répartir librement des biens publics sous les contraintes de la rareté, comme le marché constitue la meilleure façon d'organiser le libre choix de biens sous la contrainte de la rareté.»

La rareté est donc la pierre angulaire autour de laquelle s'articule tout projet sociétal. Par contre, la nouvelle pensée va à l'encontre de ce principe et montre tout un appareillage qui nous conduit inexorablement vers la perte de la démocratie, vers la dictature des marchés financiers :

Quand le marché oublie cette contrainte de la rareté,
il pousse, par mille moyens, les consommateurs à
s'endetter. Et quand la démocratie l'oublie, l'État
bascule lui-aussi dans l'endettement. Et, quand elles
oublient les limites de leurs missions, les banques
commerciales organisent l'illusion de la disparition
de la rareté et les banques centrales leur fournissent
les moyens. Trop de crédit. Trop d'émission monétaire.

L'enchevêtrement d'un ensemble de conséquences fâcheuses guettent la stabilité de la planète, et la fonction de régulation de la démocratie se réduit au mirage; la liberté dans sa globalité perd son droit au profit d'une oligarchie, dans ce cas-ci financière. L'auteur reconnaît qu'on n'est pas encore rendu là. Néanmoins c'est une tendance forte dans la mesure où la situation évolue dans ce sens. Il propose en contrepartie qu'on change le paradigme actuel pour un modèle qui tiendra compte de la rareté, donc d'une répartition équitable de la richesse. Ainsi, nous pourrons profiter de tous ceux qui ne sont pas rares, tels que les idées, la tendresse, l'amitié, le rire, l'amour. En conséquence, on pourrait évoluer vers le développement de ces biens de consommation.

En guise de conclusion, je dirais que cette analyse est rafraîchissante par rapport à l'ensemble des analyses utilitaires qui pullulent dans la dissertation économique et financière. Comme il existe des lois de la physique, il y en a aussi du social, de l'économique et de la finance. La pensée utilitaire ne doit pas avoir le monopole de la pensée. Autrement, l'humanité court à sa perte.

Messages les plus consultés de ce blogue

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Le nationalisme démagogique : appel au peuple pour financer les élections.

Tous les peuples ont un fardeau mental qu’ils portent en eux : l’inconscient collectif. Nous agissons suivant une sorte d’algorithme historique, que je pourrais appeler récursivité historique. C’est une boucle récurrente (laviwondede) invisible qui nous fait battre la mesure sur place. Le jour où on arrive à enprendre conscience, on peut y regarder de plus près et voir en quoi que cela nous est salutaire ou fatal. Là, et seulement là, que l’on commencera véritablement à se diriger à bon port, à mettre la main sur le drame, s’il y a lieu, ou sur le génie, s’il s’avère. Malheureusement, il y a des peuples qui restent trop souvent engoncés dans trop de schèmes mentaux vieillots : les Britanniques ont perdu en partie leur hégémonie par manque de formation d’ingénieurs, les Chinois se croyaient le nombril du monde, d'où l'appellation de l'Empire du Milieu autrefois, et les français par trop d’élitisme de leur système d’éducation selon Daniel Cohen. Et les Haïtiens, j’ajouterai,…