Passer au contenu principal

Martelly et Lamothe : La fourberie comme formule de gouverner

La déclaration, à l’emporte-pièce, du garde des sauts de la république, M. Jean Renel Sanon, devant la commission justice et paix du parlement, selon laquelle l’ex-commissaire du Gouvernement se serait trompé de bonne foi lors de l’arrestation du député Arnel Bélizaire, voulant ainsi justifier sa nomination comme juge de paix, est un véritable accroc à la démocratie haïtienne. En effet, l’indulgence de l’équipe au pouvoir pour les bandits notoires, dont Gaby Silencieux, nommé Délégué du nord alors qu’il est recherché par la police, en dit long sur leur complaisance envers ces malfrats. Pourtant, le locataire du Palais National fait très peu cas des récriminations de la société civile et de l’international; Il s’entête dans les nominations des personnages au passé très peu reluisant.

De plus, profitant de cette tribune de parle-menteur, le ministre de l’injustice a aussi remis en question les attributions du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), dont les membres ont finalement prêté serment le mois dernier, après tant d’attente et de tergiversations. À travers la prestation du ministre, on entrevoit que sa peur de perdre le contrôle est palpable; Car avec l’investiture du CSPJ, le pourvoir ne pourra plus manipuler le système à sa guise, comme autrefois. Une telle position montre clairement, et sans l’ombre d’une once de doute, que nous sommes en présence d’un piètre gouvernement, faisant fi des règles les plus élémentaires de la bonne gouvernance.

Point n’est besoin d’être un spécialiste en droit pour déceler, de cette présentation, les contradictions flagrantes qui s’en dégagent. Animé d’un minimum de bon sens, monsieur et madame tout le monde verront de la fourberie dans les convoitises du gouvernement Martely-Lamothe de doter le pays d’institutions fiables et efficaces. Toutefois, nous ne sommes pas sans savoir qu’une bonne administration de la justice est la trame de l’établissement d’un vrai état de droit. Sinon les justiciables n’inspireront guère confiance au système, puisque les fonctionnaires n’agissent pas selon les règles de l’art. Et rien ne va plus.

Lorsque le ministre nous dit : Il n’y a que les imbéciles qui ne se trompent pas. La population haïtienne est en droit de se demander : Comment un haut fonctionnaire de la justice peut-il se tromper, alors que les lois devraient être sa principale boussole afin de rendre justice équitablement aux citoyens? Ces propos répugnants du garde des sauts de la république mettent au grand jour l’ignorance crasse de son gouvernement et sa volonté de gérer le pays selon les vœux de son clic. Nous voici donc en présence d’un groupuscule de sottes gens au timon des affaires de l’État, qui prennent des décisions abracadabrantes dans le seul et unique but de satisfaire leurs intérêts mesquins. En tout cas, la démocratie, tant rêvée par tous, ne verra jamais le jour tant et aussi longtemps qu’un vrai processus d’institutionnalisation ne sera pas mis en branle.

Denis Jules

Messages les plus consultés de ce blogue

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Le nationalisme démagogique : appel au peuple pour financer les élections.

Tous les peuples ont un fardeau mental qu’ils portent en eux : l’inconscient collectif. Nous agissons suivant une sorte d’algorithme historique, que je pourrais appeler récursivité historique. C’est une boucle récurrente (laviwondede) invisible qui nous fait battre la mesure sur place. Le jour où on arrive à enprendre conscience, on peut y regarder de plus près et voir en quoi que cela nous est salutaire ou fatal. Là, et seulement là, que l’on commencera véritablement à se diriger à bon port, à mettre la main sur le drame, s’il y a lieu, ou sur le génie, s’il s’avère. Malheureusement, il y a des peuples qui restent trop souvent engoncés dans trop de schèmes mentaux vieillots : les Britanniques ont perdu en partie leur hégémonie par manque de formation d’ingénieurs, les Chinois se croyaient le nombril du monde, d'où l'appellation de l'Empire du Milieu autrefois, et les français par trop d’élitisme de leur système d’éducation selon Daniel Cohen. Et les Haïtiens, j’ajouterai,…