Passer au contenu principal

L’affaire Clifford Brandt : une velléité de rétablir l’ordre ou…

Clifford Brandt
Permettez-moi, chers lecteurs, de partager avec vous mon opinion sur l’arrestation de l’homme d’affaires Clifford Brandt. Suite à un texte écrit par Leslie Péan qui met en perspective l’histoire de la famille Brandt, je me suis posé la question s’il fallait tout de go démoniser ou sacraliser les Brandt. L’histoire de ce pays nous amène à se questionner sur la véracité des accusations émises contre Clifford Brandt sans pour autant le dédouaner. En Haïti, on sait très bien que selon sa proximité du pouvoir, on jouit d’un certain nombre de privilèges; donc plus on s’en éloigne, plus on perd pieds dans les affaires, si ce n’est la dégringolade totale. On a qu’à se rappeler le cas de Clémard Joseph Charles, grand banquier, grand argentier, pendant quelque temps, sous le gouvernement de François Duvalier. Les exemples en ce sens sont légions. L’inconscient collectif haïtien représente de façon manichéenne la réalité par le couple Mulâtre/Noir en éludant les vrais rapports sociaux, les vrais conflits qui travaillent cette société, donc la tragi-comédie de la rhétorique patriotique. Dans ce même ordre d’idées, on sait que la morale publique en Haïti n’est jamais aller au-delà de la rhétorique; le peu de cas de l’intérêt général ne dépasse jamais le discours. Mais l’amour charnel, charnel seulement, pour ce pays s’est avéré. Partant de ces prémisses, j’émettrai deux hypothèses : la première, les Brandt qui ont perdu beaucoup de plumes durant les 25 dernières à cause de la politique ultra libérale des gouvernements antérieurs décident d’agir en bandits face à un État irresponsable; la seconde, le pouvoir faisant face à la grogne de la population qui pourrait devenir explosive, pour détourner l’attention, sort de son chapeau cette affaire Brandt.

Brandt et Moscosso : que savons-nous?

Kidnapping des enfants Moscosso
Des informations sur la famille Brandt se trouvent dans l’article de Leslie Péan. Ce dernier nous étale l’histoire de cette famille qui remonte au début du siècle précédent, dont le patriarche est Oswald J. Brandt, arrivé en Haïti de la Jamaïque, mais d’origine allemande. Il a profité de ces relations avec des politiciens qui ont tissé des liens avec sa famille durant leur exile à la Jamaïque, dont Antoine Pierre Paul (le premier à se soulever contre l’occupation américaine) et Septimus Marius, ministre des finances sous le président d’Antoine Simon. Le patriarche a profité de la séquestration des biens allemands, sous le gouvernement d’Élie Lescot. Aussi on se souvient de sa participation dans l’opposition à François Duvalier par la radio Vonvon, une station basée à New York qui diffusait des informations succulentes sur ce qui se passait au Palais National. Il a été aussi forcé par Duvalier de financer la Grande-Rue. Pour ce qui est des Moscosso, ils sont des propriétaires de la SOGEBANK. Ils possédaient aussi, avec les Saliba et Jacques Garcia, ancien aide de camp et commandant de la Garde présidentielle des Duvalier, le cinéma Triomphe. La famille Moscosso, ce qui ressort de notre petite enquête, a été toujours proche des Duvalier et de l’Armée d’Haïti, et même de la Police Nationale d’Haïti (PNH). Dans cette saga, plusieurs membres des familles de l’oligarchie seraient impliqués directement ou indirectement dans le kidnapping depuis 2004. Le coup de filet de la police n’aurait pas épargné des membres de la Vorbe, dont Dimitri et Nicolas Vorbe, des Handal, dont Stanley Handal. Rappelez-vous l’influence extraordinaire que jouissait la famille Vorbe durant la présidence de René Préval. Les contrats de construction de routes leur ont été quasiment dédiés. N’oubliez pas que la femme de Préval était la femme de Réginald Vorbe après la mort de Leslie Delatour (économiste néolibéral qui a détruit l’économie haïtienne sous le CNG de Namphy).

Les Moscosso, une famille au-dessus de tout soupçon


Il est curieux que ce soit l’affaire du kidnapping des enfants de Robert Moscosso qui ait mis le branlebas de combat contre ce phénomène qui semblait être la norme dans la société haïtienne. Il semblerait que des agents du FBI soient sur le terrain parce que les actions de ces kidnappeurs auraient des portées négatives sur la sécurité des États-Unis. La justice américaine serait saisie de plusieurs violations commerciales impliquant le territoire américain. L’entrée en scène des États-Unis, suite à l’enlèvement des enfants de Robert Moscosso, vient brouiller la compréhension de cet évènement. On aurait ainsi raison de croire que le gouvernement veule rétablir l’autorité de l’État. A ce qu’on sache le gouvernement de Préval avait la sympathie de la communauté internationale et de l’Oncle Sam en particulier. Quelle est donc l’urgence aujourd’hui de s’attaquer à ce puissant réseau de kidnapping? Pourquoi a-t-on attendu l’affaire Moscosso pour qu’on épingle les têtes pensantes du gang? Qui est donc cet être suprême qu’est Moscosso? Quel est le lien entre la grogne de la population et le démantèlement de cette bande à Clifford Brandt? A ce qu’on sache aussi Clifford Brandt et Robert Moscosso possèdent, respectivement, une concessionnaire Mazda et Isuzu. Rappelez-vous par ailleurs que le Père et le frère de ce Brandt ont été arrêtés en 2007 pour de fausses factures de douane le commissaire Claudy Gassant. Y avait-il eu procès et quel a été le verdict?

Bourgeois haitien
En conclusion, ce dont je voudrais attirer votre attention c’est qu’il ne faut pas croire aveuglément les autorités haïtiennes. Les deux grands procès qui ont marqué l’histoire haïtienne durant le dernier siècle, soit le procès de consolidation sous Nord Alexis et celui des timbres sous Jean-Claude Duvalier, n’ont été que des parodies. Dans le premier cas, trois des condamnés, dont Cincinnatus Leconte, Tancrète Auguste et Villebrun Guillaume, sont devenus président d’Haïti. Dans le second cas, l’une des filles de Duvalier, trempée de la tête jusqu’aux orteils dans cette affaire, et d’autres manitous du régime n’ont été nullement inquiétés. Malheureusement, l’histoire a cette fâcheuse habitude de se répéter piteusement en Haïti qu’on ne saurait ne pas remonter le fils de l’histoire de ce pays sans pour autant rebrousser chemin. Il se pourrait bien que les démenés d’une frange importance de l’oligarchie haïtienne aient des répercussions indésirables sur le territoire américain, que les autorités de ce pays trouvent tellement pernicieuses ces actions qu’elles doivent intervenir. Cependant n’allez pas croire que les autorités haïtiennes sont sensibles au rétablissement de l’autorité de l’État. S’il faut croire les sources consultées dans le cadre de ce papier, des proches de Michel Martelly seraient aussi impliqués. Ne faut-il pas mettre aussi sous les verrous le président de la république pour son prélèvement des taxes sur les appels internationaux et le transfert des fonds sans l’aval du parlement? Ce qu’il ne faut pas oublier, surtout, c’est que le régime de Martelly est de type néo duvalérien. Il fonde leurs pratiques de gouvernement sous la propagande et la malversation. Je douterais fort qu'il n'y ait pas d'anguilles sous roche avec cette affaire Brandt. L'avenir nous dira le reste...

http://www.alterpresse.org/spip.php?article13610
http://www.haiti-observateur.net/current.pdf
http://elsie-news.over-blog.com/article-les-familles-et-les-groupes-economiques-qui-controlent-les-richesses-et-la-politique-56586596.html
http://elsie-news.over-blog.com/article-le-groupe-moscosso-vu-par-sentinelle-du-peuple-111692563.html




This work is licensed under a Creative Commons license.

Messages les plus consultés de ce blogue

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Historique d'un mode de pensée sénile.

L'être humain aime bien se conforter des idées reçues, des lieux communs, bref des recettes toutes faites. Par expérience, je constate souvent si tu décides de changer la façon de faire ou de comprendre, tu as en général plus de 80% des gens qui s'y opposent grosso modo. Le reste, on y trouve des indifférents ou insouciants, qu'on peut estimer à 16%. Et le reste du reste, soit le 4% restant, plus de 3% qui est dans l'expectative. Et enfin, ce qui reste de tous les restes, les esprits dynamiques. Il ne faut surtout pas oublier que toutes ces catégories soient stratifiées, donc elles ne sont pas d'une homogénéité parfaite. Ainsi s'y retrouvent des sous-catégories. C'est donc un constat attesté partout, à la différence, dans les pays où les gens ont reçu une formation dépouillée de religiosité, l'ouverture d'esprit de cette frange les rend plus perméable aux idées nouvelles. L'exemple d'Einstein qui a trouvé un petit noyau de physiciens qui av…

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…