Passer au contenu principal

L’inauguration du parc industriel de Caracol dans le Nord d’Haïti

Aujourd’hui c’est l’inauguration du parc industriel de Caracol dans le Nord, précisément le Nord-Est, une section rurale de Trou-du-Nord. Les promesses de développement de cette région semblent être prometteuses car selon les prédictions, au pic de son fonctionnement, ce parc industriel a la capacité de créer autour de 40 000 emplois d’ici cinq (5) ans. Le parc s’étale sur 250 hectares de terre arabe, donc cultivable.

Le secrétaire américain des affaires étrangères, Hilary Clinton en compagnie de son mari l’ex-président des États-Unis Bill Clinton, fera le déplacement à Caracol pour l’ouverture officielle, cet après-midi. La présence de Madame Clinton revêt un caractère très important, car elle donne le signal que Haïti, même d’importance mineure, est un maillon de la chaine dans les relations internationales qu’on ne doit pas négliger.

Des mesures aussi semblent être prises pour atténuer l’impact démographique par l’aménagement de ce territoire, donc outiller la municipalité pour pouvoir répondre à l’affluence de population et les conséquences immédiates sur l’environnement. L’USAID, un organisme du gouvernement américain, est le principal bailleur de fonds de ce projet prévoit la construction d’un wharf à Fort-Liberté non loin du parc industriel de Caracol. Théoriquement, ce projet vise à un développement équilibré de cette région, c’est-à-dire en évitant la bidonvilisation qu’à connu Port-au-Prince à la fin des années 70 avec le développement de l’industrie de sous-traitance. L’avenir dira le reste.


voir article sur ce blog :

https://haiti-tribune.blogspot.com/2012/05/martelly-et-lamothe-lignorance-au-timon.html

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Les apories contagieuses de la pensée haïtienne

«L’élite haïtienne est comme un voyageur en première classe qui ne se soucie pas de la présence d’une bombe en classe économique». Cette catachrèse de Dany Laferrière m'a interpellé depuis que j'en ai pris connaissance. Elle n'est pas l'unique formule creuse dont on se fait les champions. Il y a bien sûr celle de Louis-Joseph Janvier telle que «Haïti est un singulier petit pays.» Et bien d'autres. Les complaintes, les reproches, les invectives, les attaques de toutes sortes face à cette élite, toutes catégories d'élites confondues, soit par des membres de cette élite ou non ou des étrangers, ne tarissent pas depuis au moins un siècle. En dépit, ou malgré, toutes ces déceptions ou haines, les choses ne s'améliorent pas pour autant. On s'évertue à trouver des procédés rhétoriques les uns plus puissants que les autres pour gagner la palme d'or de la plus belle métaphore. 
Personne ne pourrait contester la beauté de cette citation de Dany. La première …

Grammaire de la pensée philosophique haïtienne (3 de 5)

Dans cette série de cinq articles de la grammaire de la pensée philosophique haïtienne, je reste dans le même registre que les deux précédents articles. Depuis cinq ans, j'ai posé les bases de ma recherche sur les causes de la déchéance d’Haïti dans mon article intitulé Problématique haïtienne. En général, les Haïtiens préfèrent les slogans qui caricaturent la réalité du pays sans faire une analyse anatomique de cette décente abyssale dans les limbes depuis 1804, date du triomphe de l'une des plus grandes révolutions de l'humanité. Je les comprends, car il est difficile de se regarder dans un miroir sans œillères. L'Homme étant ce qu'il est tout changement épistémique le déséquilibre. Et Dieu seul sait combien qu'il adore les certitudes même les plus abêtissantes. Dans le cas de l'Haïtien, il se morfond; il meurt à petit feu que de virer de bord parce que son éducation cognitive le conforte dans des certitudes perpétuelles. Et cependant, l'effort doit ê…