Passer au contenu principal

L’inauguration du parc industriel de Caracol dans le Nord d’Haïti

Aujourd’hui c’est l’inauguration du parc industriel de Caracol dans le Nord, précisément le Nord-Est, une section rurale de Trou-du-Nord. Les promesses de développement de cette région semblent être prometteuses car selon les prédictions, au pic de son fonctionnement, ce parc industriel a la capacité de créer autour de 40 000 emplois d’ici cinq (5) ans. Le parc s’étale sur 250 hectares de terre arabe, donc cultivable.

Le secrétaire américain des affaires étrangères, Hilary Clinton en compagnie de son mari l’ex-président des États-Unis Bill Clinton, fera le déplacement à Caracol pour l’ouverture officielle, cet après-midi. La présence de Madame Clinton revêt un caractère très important, car elle donne le signal que Haïti, même d’importance mineure, est un maillon de la chaine dans les relations internationales qu’on ne doit pas négliger.

Des mesures aussi semblent être prises pour atténuer l’impact démographique par l’aménagement de ce territoire, donc outiller la municipalité pour pouvoir répondre à l’affluence de population et les conséquences immédiates sur l’environnement. L’USAID, un organisme du gouvernement américain, est le principal bailleur de fonds de ce projet prévoit la construction d’un wharf à Fort-Liberté non loin du parc industriel de Caracol. Théoriquement, ce projet vise à un développement équilibré de cette région, c’est-à-dire en évitant la bidonvilisation qu’à connu Port-au-Prince à la fin des années 70 avec le développement de l’industrie de sous-traitance. L’avenir dira le reste.


voir article sur ce blog :

https://haiti-tribune.blogspot.com/2012/05/martelly-et-lamothe-lignorance-au-timon.html

Messages les plus consultés de ce blogue

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Historique d'un mode de pensée sénile.

L'être humain aime bien se conforter des idées reçues, des lieux communs, bref des recettes toutes faites. Par expérience, je constate souvent si tu décides de changer la façon de faire ou de comprendre, tu as en général plus de 80% des gens qui s'y opposent grosso modo. Le reste, on y trouve des indifférents ou insouciants, qu'on peut estimer à 16%. Et le reste du reste, soit le 4% restant, plus de 3% qui est dans l'expectative. Et enfin, ce qui reste de tous les restes, les esprits dynamiques. Il ne faut surtout pas oublier toutes ces catégories sont stratifiées, donc elles ne sont pas d'une homogénéité parfaite. Ainsi s'y retrouvent des sous-catégories. C'est un constat attesté partout, à la différence, dans les pays où les gens ont reçu une formation dépouillée de religiosité, l'ouverture d'esprit de cette frange les rend plus perméable aux idées nouvelles. L'exemple d'Einstein qui a trouvé un petit noyau de physiciens qui avalisait sa …

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…