Passer au contenu principal

L’irresponsabilité ou l’ignorance du ministre des affaires étrangères

Les propos insensés sur l'innocence de la MINUSTAH (Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti ) sur la propagation de l'épidémie de choléra du ministre des affaires étrangers, Pierre Richard Casimir, ne nous ont pas du tout surpris. Avec des amateurs, dans un gouvernement dysfonctionnel, dirigés par un Premier ministre qui est incapable de penser le développement, de surcroit un président qui confond vitesse et précipitation ne peut que pondre de la médiocrité. Pourquoi le ministre a-t-il eu d'emblée un parti pris pour l'ONU? Pourquoi ferme-t-il la porte à toutes possibilités de poursuivre cette organisation internationale? À quand la fin de dirigeants incompétents à la tête de ce pays?

Des études indépendantes menées par un chercheur français, Renaud Piarroux, d'une part, et, d'autre part, des chercheurs américains, dont de la Harvard Medical School et Rita Colwell de l'Université de Maryland, et même le rapport scientifique de l'ONU, reconnaissent explicitement la responsabilité de la MINUSTAH dans la prolifération du choléra en Haïti. Du revers de la main, le ministre balaie toutes ces preuves scientifiques péremptoirement. Et pourtant, des membres du congrès américains ont déjà demandé à l'ONU de prendre ses responsabilités.

S'il est reconnu par tout un chacun que l'histoire ne se répète pas, mais en Haïti c'est bien le contraire. Qu'on se rappelle que le massacre des Haïtiens de 1937 en République dominicaine a été ignoré assez longtemps par le gouvernement de Sténio Vincent. Sans l'intervention des États-Unis et d'autres pays pays, ce forfait contre le peuple haïtien serait resté impuni. Aussi, le peu de préparation des délégués qui ont été négociés la dette haïtienne auprès des institutions américaines sous le gouvernement de Dumarsais Estimé fait montre la légèreté des responsables politiques dans ce pays. Ces exemples ne sont que la pointe de l'iceberg. Il n'est donc pas étonnant que le pays soit dans ce piteux état avec ces mercenaires de tous poils et tous plumages.

La seule voie de sortir, comme je l'ai traitée, dans plusieurs billets précédents, n'est qu'une grande transformation, surtout du psyché, de l'Haïtien par la réforme de l'éducation, avec pour toile de fond la culture nationale, la culture scientifique, et l'éducation civique. L'État ne peut plus continuer à fonctionner sans faire appel aux sciences, qu'elles soient naturelles ou humaines. Les institutions de l'État doivent s'appuyer sur la division scientifique du travail. Les ministères doivent s'entourer de gens compétents et d'institutions qui produisent des savoirs pour la nation. Haïti ne pourra plus continuer à exister de façon archaïque.

http://haiti-tribune.blogspot.com/2012/10/le-mal-haitien-une-endemie-seculaire.html
http://haiti-tribune.blogspot.com/2012/10/penser-et-comprendre-haiti-pour-une.html

Messages les plus consultés de ce blogue

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Historique d'un mode de pensée sénile.

L'être humain aime bien se conforter des idées reçues, des lieux communs, bref des recettes toutes faites. Par expérience, je constate souvent si tu décides de changer la façon de faire ou de comprendre, tu as en général plus de 80% des gens qui s'y opposent grosso modo. Le reste, on y trouve des indifférents ou insouciants, qu'on peut estimer à 16%. Et le reste du reste, soit le 4% restant, plus de 3% qui est dans l'expectative. Et enfin, ce qui reste de tous les restes, les esprits dynamiques. Il ne faut surtout pas oublier que toutes ces catégories soient stratifiées, donc elles ne sont pas d'une homogénéité parfaite. Ainsi s'y retrouvent des sous-catégories. C'est donc un constat attesté partout, à la différence, dans les pays où les gens ont reçu une formation dépouillée de religiosité, l'ouverture d'esprit de cette frange les rend plus perméable aux idées nouvelles. L'exemple d'Einstein qui a trouvé un petit noyau de physiciens qui av…

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…