Passer au contenu principal

Haïti, le remplacement des élites est impératif!

Il y a de ces absurdités que l'on ne pourra pas avaler juste pour faire partie du sérail des chantres de l'intelligentsia haïtienne. Plus je scrute cette bande de sophistes, plus je ne tolère plus leur posture intellectuelle. J'ai été aussi fasciné par un certain nombre de louanges dont nos intellectuels se paraient de façon ostentatoire. Par exemple, ces apories dont on s’enorgueillissait d'avoir fourni à l'Afrique, au Québec des professeurs dans les années 60. Ou encore Émile Saint Lot lors des débats sur l'adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, en grand tribun et dans un français impeccable, en tant que rapporteur, a charmé l'assistance, qu'un périodique français a pu dire que «si bien parler est Haïtien, alors nous sommes tous Haïtiens».  Une autre anecdote c'est Mao Zedong ou Mao Tse-Toung qui disait de Jacques Stephen Alexis qu'il était le noir le plus intelligent qu'il n'est jamais rencontré. Jean Casimir, sociologue haïtien, eut à dire de quel droit s'arrogeait Mao pour sanctionner l'intelligence. Autrement dit, nous sommes, en tant qu'être humains, aussi intelligents que tous les autres membres de l'espèce, qu'il n'y a pas de particularité nègre en la matière. Je formulerais cette même réponse à Jacques Barros qui eut à dire que Jean Léopold Dominique était le dernier francophone vivant en Haïti dans son livre Haïti de 1804 à nos jours. Je vous ferais grâce d'autres allusions du même genre.

Le problème majeur avec cette façon de voir les choses, c'est qu'on se contente de très peu, on préfère les fuites en avant pour patauger dans la médiocrité crasse. Soit, qu'on a été exportateur d'enseignants et de professeurs, quels sont avantages Haïti a-t-elle tiré de cet échange? Dans un pays où la grande majorité du peuple ne sait ni lire écrire, qu'on transfère du capital culturel à d'autres pays, qu'on les permet de se développer pendant ce temps on poursuit notre course dans le développement du sous développement, y a-t-il de quoi à se péter les bretelles? Il faudrait simplement qu'on soit dépourvu de toutes raisons ou inconscient pour se gargariser d'une telle performance. La charité bien ordonnée ne commence-t-elle par soi-même? Autrement dit, on s'occupe de soi-même avant de voler au secours des autres. L'instinct de survie n'est-il plus un déterminisme humain, une seconde nature? A chaque fois, j'entends des intellectuels haïtiens répétés de telles âneries, je questionne sévèrement la pensée philosophique haïtienne, la pensée critique au sens kantien (Kant, critique de raison pure, p.172 édition 1835), du lettré haïtien.
 
Que Dessalines eût commis des erreurs dans l'appréciation du contexte national et international, cela est compréhensible vu que le pays n'était pas pourvu de beaucoup de lettrés de haut calibre. Ce qui a sans doute eu pour conséquence le choix du texte de Boisrond Tonnerre à celui de Charreron pour la proclamation de l'indépendance, l'application du caporalisme économique (l'imposition d'un quota de denrées dans le commerce extérieur), l'indifférenciation culturelle (tous les Haïtiens sont Noirs), etc. Par la pensée magique, l'Empereur pensait pouvoir faire obéir les faits sociaux à ses diktats dans sa soi-disant réforme agraire. Entouré de flagorneurs et de trop d'analphabètes fonctionnels, cela allait de soi que la raison n'était pas de mise. Par contre, aujourd'hui, les absurdités du même genre mentionnées au tout début cet texte sont révoltantes. La levée de bouclier du commissaire du gouvernement la semaine dernière, Maitre Lucmane Delille, contre la tenue des jeunes et la déliquescence des mœurs relèvent d'un manque de finesse d'esprit. N'y a-t-il pas d'autres moyens d'y remédier que par le gros bâton? Certainement que oui. Ça prendrait des responsables qui possèdent la logique procédurale tout simplement; des gens capables de programmer le remembrement du pays suivant une séquence de mesures appropriées en vertu d’objectifs à court et moyen terme.
 
Tout ceci est un prétexte pour vous parler du verdict que portent nos élites lettrées face à la jeune génération sur leur incapacité de communiquer aussi bien par écrit ou par la parole tant en français qu'en créole. D'entrée de jeu, il faut reconnaitre que la croissance exponentielle des écoles «bòlet» prévaut sur la qualité de l'enseignement. Cependant, pour que l'école soit accessible à tous, on ne saurait continuer à administrer un enseignement élitiste. La démocratisation de l'enseigne présuppose que l'école doit être inclusive et adaptée à tous les enfants étant donné la différenciation dans toutes sociétés du capital culturel selon Pierre Bourdieu. Il est à se demander  si la plupart des critiques soit capable de rendre leurs connaissances théoriques opérationnelles. Car, les exigences de la langue ne peuvent être pareilles dans un enseignement élitiste que démocratique. Autant que les inégalités culturelles sont socialement un fait avéré, autant que l'État doit tout mettre en œuvre afin de favoriser l'égalité des chances de réussir de tous en éducation et, par voie de conséquence, face au marché du travail. Par ailleurs, si l'ancienne génération était, dans sa grande majorité, capable d'écrire une langue châtiée, c'était souvent une écriture qui s'adonnait aux clichés, beaucoup plus à la forme qu'au fond, donc bien souvent parler ou écrire pour ne rien dire ou dire si peu en trop de phrases creuses. 
 
Dans cette perspective, les textes des élèves doivent être corrigés à partir des mesures d'évaluation suivant des critères d'évaluation clairs et précis, donc une grille d'évaluation qui tiendra compte des objectifs d'apprentissages de la langue à chacun des cycles d'études. Par exemple, à la fin du primaire l'élève doit être en mesure de comprendre le fonctionnement simple de la langue(Groupe du Nom(GN, Groupe du Verbe (GV), groupe complément de phrase(CP)), les classes de mot, les accords simples (les classes de mot donneur et receveur), etc. Au secondaire, d'autres objectifs plus complexes en fonction de l'âge des élèves. Et à la fin de ce cycle des objectifs réalistes de maitrise de la langue, donc la compréhension des règles de l'accord du participe passé et quelques règles fondamentales de la langue. Dans cette même mouvance, inculquer à l'élève la pratique de la lecture et de la rédaction des trois genres littéraires courants, soit le narratif, l'explicatif et l'argumentatif, dès le primaire pour le premier genre et, les deux derniers, pour le dernier cycle du secondaire. Il va sans dire c'est un programme éducatif minimum commun à tous les élèves mais qui devrait le loisir à chaque institution scolaire de pousser plus loin l'apprentissage soit du français, soit du créole, ou toutes autres langues. 
 
Finalement, il n'y a pas de système d'éducation en soi mais pour soi. Je m'explique. L'école est là pour permettre aux citoyens d'agir sur son milieu, de comprendre les problèmes de son temps et d'y apporter à la mesure de son imagination créatrice des solutions face aux contraintes inhérentes à toutes sociétés humaines. A certaines époques, on formait des orateurs, dans d'autres  des as littéraires, aujourd'hui ce sont des techniciens, des scientifiques, des créatifs dans tous les domaines. Dans ce sens, les tabous, les dogmes, donc la reproduction ou la récitation des connaissances aveuglements n'est plus de mise; si l'étudiant ne peut améliorer, et même battre en brèche, les connaissances transmises par le maitre, il y a péril en la demeure et toute la communauté en subira les contrepoids dans sa léthargie abyssale. Par ailleurs, si l'école est là pour transmettre un savoir dépouillé de tous dogmes, donc à éviter de brimer l'imagination, elle est aussi là pour développer le savoir-faire et le savoir-être. L'enseignement doit mettre l'élève dans un contexte de résolution de problèmes quotidiens ou du sens d'organisation pratique de son milieu. Par exemple, l'organisation d'un spectacle, du nettoyage de son milieu, d'une campagne de forestation à l'échelle d'un village, d'une rue, etc. L'être haïtien doit être reconstruit par une éducation qui le permettrait de penser Haïti émotionnellement que rationnellement : le cœur et la tête doit se diriger vers Haïti. Ainsi, nous ne répèterons plus les bêtises d'un Louis Joseph Janvier :«la France est la capitale des peuples et Haïti, c'est la France noire». 

Ainsi,on comprend bien que la fameuse résistance opposée par nos élites face à l’occupant a été d’exhiber leur culture française. Car, depuis 1843, tous nos politiciens ont recouru à la protection des puissances de premier plan(Angleterre, États-Unis, France, Allemagne) pour conquérir le pouvoir. Chaque politicien avait sa ou et ses puissances dans leurs luttes pour le pouvoir. Après l’occupation Étatsunienne, ce pays est devenu la seule puissance à laquelle nos politiciens prêtaient allégeance pour espérer se hisser à la plus haute marche de l’État.




Messages les plus consultés de ce blogue

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Le nationalisme démagogique : appel au peuple pour financer les élections.

Tous les peuples ont un fardeau mental qu’ils portent en eux : l’inconscient collectif. Nous agissons suivant une sorte d’algorithme historique, que je pourrais appeler récursivité historique. C’est une boucle récurrente (laviwondede) invisible qui nous fait battre la mesure sur place. Le jour où on arrive à enprendre conscience, on peut y regarder de plus près et voir en quoi que cela nous est salutaire ou fatal. Là, et seulement là, que l’on commencera véritablement à se diriger à bon port, à mettre la main sur le drame, s’il y a lieu, ou sur le génie, s’il s’avère. Malheureusement, il y a des peuples qui restent trop souvent engoncés dans trop de schèmes mentaux vieillots : les Britanniques ont perdu en partie leur hégémonie par manque de formation d’ingénieurs, les Chinois se croyaient le nombril du monde, d'où l'appellation de l'Empire du Milieu autrefois, et les français par trop d’élitisme de leur système d’éducation selon Daniel Cohen. Et les Haïtiens, j’ajouterai,…