Passer au contenu principal

Juge Jean Serge Joseph: Le martyr d’une justice saine

Le juge Jean Serge Joseph a payé de son sang pour honorer la justice haïtienne, couverte d’opprobre depuis la nuit des temps, mettant en exergue son indépendance des autres paliers du gouvernement. Son héroïsme, son patriotisme et son sens de l’honneur doivent prodigieusement inspirer tous ceux et celles qui se livrent âprement dans le combat pour l’instauration d’un vrai État de Droit dans le pays. Honneur à son courage!
En date du 13 juillet, la nouvelle est tombée comme une trainée de poudre dans la presse locale. À la une, cette périlleuse décision que le juge Serge Joseph a courageusement rendue, en date du 2 juillet 2013, faisant injonction au chef de l’État de mettre à la disposition de la justice haïtienne des hauts commis de l’État-comme témoins, afin de faire le jour sur les accusations de fraudes et d’usurpation de titre portées contre la famille présidentielle, lui a malheureusement couté la vie. Il est mort en héro pour avoir donné valeureusement suite à une poursuite contre la famille présidentielle. On devrait s’y attendre.

Les rumeurs sur les circonstances troublantes de sa mort vont bon train à travers le pays, alors que le silence médusé du président de la république, de son premier ministre, de quelques conseillers, impliqués dans cette scabreuse histoire de mort suspecte, laisse plus d’un pantois. Un silence dont l’objectif est surement de faire la sourde oreille aux fracassantes déclarations des témoins dans les médias.

Sa famille, ses amis et ses proches sont unanimes à reconnaitre l’intégrité sans faille de cet honorable magistrat dans l’exécution de ses attributions. Sa probité et sa loyauté envers la noble profession d’homme de loi font de lui un symbole d’une justice saine et équitable qui inspire confiance aux citoyens et citoyennes du pays. Une grande première dans les anales de notre histoire.

L’histoire retiendra du passage de ce grand homme dans la fonction publique son sens de l’honneur, son courage ultime et son respect scrupuleux du droit. Depuis son entrée comme substitut du gouvernement, il a gravi les échelons jusqu’à sa promotion comme juge instructeur, en s’acquittant dignement et humblement de ses attributions. Ce qui fait de lui, aux yeux de ses congénères, un fonctionnaire qui exerce la justice avec rigueur et impartialité. Donc il a jouit, tout le long de sa carrière, d’une renommée qui est au dessus de tout soupçon.

Nommément identifiés dans le jugement, le premier Ministre Laurent Lamothe et les ministres de la justice, des finances, pour ne citer que ceux-là, devraient se présenter par devant le tribunal correctionnel dans le cadre de la poursuite opposant Maîtres Michel André et Newton Louis Saint-Juste, deux avocats animés d’un courage divin et d’un sens aigu du respect de la loi, avec Sophia et Olivier Martelly, respectivement première dame de la république et fils ainé du président Martelly. Les hors la loi ont, une fois de trop, passé à l’acte. Ils tiennent mordicus à leur mission scélérate de vassalisation des institutions du pays.

Je suis terrassé, outré, déboussolé par la cruauté impitoyable de ce pouvoir délinquant, déliquescent et hors la loi. Pourtant, ils se vantent d’être le champion par excellence de l’État de Droit en dépit des multiples scandales qui les ont éclaboussé, parce qu’ils s’en tirent toujours avec une semonce. Cette fois, le peuple a bien hâte de découvrir le pot aux roses sur les pratiques extrajudiciaires de ce gouvernement paria, car la débrouillardise des opérateurs du système judiciaire devrait permettre de fixer la responsabilité de tous ceux et de toutes celles qui sont concernés par la mort du juge.

Le pays tout entier est véritablement éploré de cette triste nouvelle de la mort de cette remarquable personnalité. Nous sommes tous durement choqués par les fracassantes révélations faites dans la presse locale par des témoins.

En attendant les résultats péremptoires de l’autopsie du médecin légiste canadien, car la famille fera rapatrier les dépouilles au canada, tous les membres de la basoche ont unis leur voix pour dénoncer cette tragique disparition qui interpelle la conscience patriotique de tous. Entretemps, nombreuses sont les associations et les institutions qui se mettent en mode d’enquête afin de faire le jour sur les circonstances troublantes de la mort suspecte du Juge Jean Serge Joseph. Un signe palpable qui prouve clairement que les opérateurs du système judiciaire ne lâcheront pas prise au pouvoir.

Que son sang soit une sève qui revigore notre élan patriotique, un nouveau souffle pour lutter contre les dérives totalitaires du pouvoir en place et pour barrer la route à cette minable tendance de mettre à genou toutes les institutions haïtiennes. Que la disparition programmée du juge éveille notre conscience collective!

Denis Jules

Messages les plus consultés de ce blogue

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Historique d'un mode de pensée sénile.

L'être humain aime bien se conforter des idées reçues, des lieux communs, bref des recettes toutes faites. Par expérience, je constate souvent si tu décides de changer la façon de faire ou de comprendre, tu as en général plus de 80% des gens qui s'y opposent grosso modo. Le reste, on y trouve des indifférents ou insouciants, qu'on peut estimer à 16%. Et le reste du reste, soit le 4% restant, plus de 3% qui est dans l'expectative. Et enfin, ce qui reste de tous les restes, les esprits dynamiques. Il ne faut surtout pas oublier que toutes ces catégories soient stratifiées, donc elles ne sont pas d'une homogénéité parfaite. Ainsi s'y retrouvent des sous-catégories. C'est donc un constat attesté partout, à la différence, dans les pays où les gens ont reçu une formation dépouillée de religiosité, l'ouverture d'esprit de cette frange les rend plus perméable aux idées nouvelles. L'exemple d'Einstein qui a trouvé un petit noyau de physiciens qui av…

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…