Passer au contenu principal

Réveillez-vous Haïtiens, nos élites sont des ignorants!

- Mettons les choses au clair. Ne gesticulons plus pour faire croire qu'on existe, et pourtant on est bien à l'article de mort. Bref, venons-en à un regard froid de la réalité haïtienne. Quelles sont les deux attributions de l'État? Le monopole de la contrainte physique, donc de la violence, et de la fiscalité. L’État haïtien possède très partiellement ces attributions : l'affaire Brandt et le conflit avec la République Dominicaine illustrent bien que l'État haïtien n'est nulle autre chose que l’Exécutif et qu'il n'a aucune prise sur la réalité d'aucune manière. Autre chose palpable c'est qu'en Haïti les affaires de l'État se règle sur la place publique, à la radio pour être précis. Où est donc la noblesse de l'État?

Du monopole de la violence 

- La MINUSTAH : qu'on devrait plutôt appelé la TOURISTA. Le 12 janvier 2010, à la suite du tremblement de terre, cette force de mercenaires de l'ONU a fait montre clairement qu'elle n'était qu'un repère de jouisseurs sur le dos du pays. Ensuite, après 9 ans de la présence de cette force en Haïti, le bilan est négatif : deux élections bordéliques, l'élection de Préval et celle de Martelly; le choléra; les agressions sexuelles multiples, etc..

Du monopole de la fiscalité

- Nos frontières n'existent pas car les produits dominicains rentrent comme dans une savane; plein de personnes ne possèdent un acte de naissance, donc des gens sans prétention à la citoyenneté; les services de fiscalité fonctionnent aux humeurs des fonctionnaires ou de l'Exécutif. Ce sont là que quelques éléments significatifs.

Les voies de sorties de la crise

- De la société civile : une bande éparse de gens qui gesticule en cadavres frais; ils ne comprennent rien ou ils savent qu'un pays d'accueil les attend à bras ouvert. Comment une structure économiquement inexistante peut-elle produire des rejetons à la colonne vertébrale verticale? Des produits d'un système d'éducation autoritaire peuvent-ils fonctionner en association? N'est-ce donc pas à l'école qu'on apprend à dialoguer, à contredire nos profs où à essayer de leur dérouter?

- Des guerriers de la plume

Nous nous offusquons à chaque fois que des attaques proviennent des étrangers. A chaque fois, nos intellectuels, ou ceux prétendus tels, prennent leur plume pour faire la guerre littéraire à ces détracteurs de la race noire dirait Louis Joseph Janvier (Comique Janvier)...

- Un système d'éducation amorphe

Wilson Saintelmy, à qui j'envoie un coup de Chapeau, est catégorique en disant que nous ne sommes pas des producteurs de connaissances mais des consommateurs. J'ajouterais de mauvais consommateurs car nous restons à la forme déclarative des connaissances, et bien souvent mal assimilée. Un nombre négligeable puisse se targuer de connaissances procédurales et pour les connaissances conditionnelles ou inductives, suivant Spinoza, il faut chercher longtemps; on en trouve comme une aiguille dans une botte de foin.

Finalement, beaucoup de nos prétendus docteurs lisent très peu ou pas du tout :

- ils ne font que feuilleter les livres ou à partir de ce que disent d'autres : la culture de l'oralité;
- un exemple. Des Haïtiens, des prétendus in-tel-lec-tuels haïtiens qui parlaient de littérature dans un lieu public à Montréal, se sont fait fermer les bouches par un Québécois qui leur parlait de littérature haïtienne à partir de lecture critique de cette littérature. La morale de l'histoire c'est que ces Messieurs n'avaient lu aucun de ses livres dont ils parlaient avec autorité.
- cette année même, des chercheurs Allemands ont prouvé discrètement que nous ne savons absolument rien de notre histoire. D'ailleurs, cette histoire qu'on chérit tant, cela fait pitié que les meilleurs spécialistes de notre histoire soient des étrangers, que les sciences sociales soient aussi misérables que le pays, que les sciences dures ne soient chimériques.

- Nos agronomes sont des chômeurs, des politiciens, des travailleurs de la Presse, etc. Ils font tous autres métiers, sauf être dans les champs à aider à la production nationale. Cela n'est pas nouveau; cela n'a jamais été différent. De même pour nos médecins, ingénieurs, et j'en passe.

- il faut sortir du marronnage sur toutes ses formes; il faut faire un vrai examen de conscience. Quand des gens qui ont prétendument des connaissances livresques posent méthodiquement mal la question haïtienne, il y a de quoi s'inquiéter sur la pérennité de ce pays. Non, je refuse de m'associer à des gens qui ont usurpé leur place indument. Le rôle de tous haïtiens conscients de la vraie lutte à mener, c'est de chasser ces sophistes. Michel Martelly et sa clique sont des produits jalousement confectionnés par ces derniers, volontairement ou involontairement. L’essentiel cela prouve que le nombre de ceux qui savent vraiment lire est très mince. Par lire, j'entends la capacité de décortiquer les informations au premier, deuxième, troisième, et même quatrième niveau; aller au-delà de l'entendement, c'est-à-dire aux connaissances transcendantales au sens kantien. Les complots fomentés contre Anténor Firmin pour ne pas se hisser à la plus haute marche des pouvoirs de l’État illustrent bien la petitesse intellectuelle de cette élite de Robe…

Ernst jean Poitevien


http://haiti-tribune.blogspot.ca/2013/06/haiti-le-remplacement-des-elites-est.html

Messages les plus consultés de ce blogue

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Le nationalisme démagogique : appel au peuple pour financer les élections.

Tous les peuples ont un fardeau mental qu’ils portent en eux : l’inconscient collectif. Nous agissons suivant une sorte d’algorithme historique, que je pourrais appeler récursivité historique. C’est une boucle récurrente (laviwondede) invisible qui nous fait battre la mesure sur place. Le jour où on arrive à enprendre conscience, on peut y regarder de plus près et voir en quoi que cela nous est salutaire ou fatal. Là, et seulement là, que l’on commencera véritablement à se diriger à bon port, à mettre la main sur le drame, s’il y a lieu, ou sur le génie, s’il s’avère. Malheureusement, il y a des peuples qui restent trop souvent engoncés dans trop de schèmes mentaux vieillots : les Britanniques ont perdu en partie leur hégémonie par manque de formation d’ingénieurs, les Chinois se croyaient le nombril du monde, d'où l'appellation de l'Empire du Milieu autrefois, et les français par trop d’élitisme de leur système d’éducation selon Daniel Cohen. Et les Haïtiens, j’ajouterai,…