Passer au contenu principal

La Chine a proposé la création d’une banque. Le Déclin de Bretton Woods

Par Chems Eddine Chitour Mondialisation.ca, 02 avril 2015
«L’Angleterre n’a pas d’amis ou d’ennemis, elle n’a que des intérêts permanents.»

 Winston Churchill
«L’Angleterre n’a pas d’amis ou d’ennemis, elle n’a que des intérêts permanents.» Winston Churchill Une information passée inaperçue. La Chine a proposé la création d’une Banque (l’AIIB), l’Asian Infrastructure Investment Bank, Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (BAII) dotée d’un capital initial de 100 milliards de dollars, elle a pour objectif celui de répondre aux besoins croissants d’infrastructures (transports, barrages, ports, etc) de la région asiatique. Créée en 2014 sur l’initiative de la Chine, elle est destinée à financer les projets d’infrastructures dans la région Asie-Pacifique. La Russie participera à la fondation de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB), a annoncé samedi 29 mars à Bo’ao, en Chine, le premier vice-Premier ministre russe Igor Chouvalov. L’AIIB sera dotée d’un capital de 100 milliards de dollars Elle vient surtout concurrencer la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement (BAD), deux organisations contrôlées par les Occidentaux, qui en détiennent les principales parts de vote et les postes clés. Traditionnellement, la Banque mondiale est dirigée par un Américain, le FMI par un Européen, la BAD par un Japonais. Les conséquences d’un système financier en bout de course On est en droit de s’interroger sur le pourquoi de cette initiative mal vue, on le comprend, par les Etats-Unis. Pour rappel, les accords de Bretton Woods sont des accords économiques ayant dessiné les grandes lignes du système financier international en 1944. Ils furent signés le 22 juillet 1944 à Bretton Woods. Le système monétaire mondial est organisé autour du dollar américain, mais avec un rattachement nominal à l’or. Les Etats-Unis étant les seuls habilités à faire marcher la planche à billets…Et il y a bien longtemps que la quantité d’or n’a plus d’équivalent avec la masse de dollar papier. On sait que tous les pays du monde détiennent des réserves de changes majoritairement libellées en dollars. Une «ruine de l’Amérique, et du dollar, signifierait une ruine du monde. Le système bancaire en bref Pour avoir une idée du fonctionnement du système actuel qui génère une financiarisation lisons cette contribution qui en explique le mécanisme et ses perversions: «Le système bancaire actuel fonctionne selon un principe très simple. Celui qui veut emprunter de l’argent promet au banquier qu’il remboursera et sur cette promesse le banquier lui crée un avoir. Sur cela l’emprunteur doit des intérêts. La Banque centrale européenne (BCE) oblige les banques d’avoir 2 centimes en réserve pour chaque euro qu’elles doivent à leurs clients. Nos avoirs bancaires sont maintenant couverts pour quelques pourcentages d’argent réel, le reste de l’argent n’existe pas. Nous n’avons donc pas d’argent à la banque, mais un avoir de la banque, une promesse du banquier, qu’il nous donnera du vrai argent en échange si nous lui demandons. Les banques empruntent le vrai argent de la BCE. C’est l’argent dans notre porte-monnaie. Le vrai argent est également utilisé sous forme électronique dans les paiements entre banques. Dans le trafic de paiements interbancaires quotidien, les banques annulent les montants qu’elles se doivent mutuellement et le soir elles ne se paient que les différences. Ainsi, avec un tout petit peu d’argent les banques, entre elles, peuvent payer des millions.» (1) «Dans l’argent” en circulation, les prêts s’entassent toujours plus… Les intérêts pour les épargnants sont payés par les emprunteurs. Ces intérêts aussi portent des intérêts. A 3% d’intérêts l’épargne double en 24 ans, à 4% en 18 ans. Donc les riches deviennent de plus en plus rapidement plus riches. Aujourd’hui 10% des Européens les plus riches détiennent 90% des richesses. La masse de pseudo-argent ne cesse de croître. Aux alentours de 1970 elle avait atteint le stade où les avoirs dépassent le Produit intérieur brut. Cela menait au développement d’un secteur financier, où l’on gagne l’argent avec l’argent, c’est-à-dire avec des intérêts et en soufflant des bulles à la Bourse. (…) Les banquiers ont réussi à convaincre les gouvernements, que ce serait mieux s’ils n’empruntaient plus à leur banque centrale (ce qui dans la pratique revenait à emprunter sans intérêts) et, à la place, d’emprunter à des banques commerciales, donc à intérêts». (1) «Dans tous les pays qui l’ont accepté la dette publique croissait exponentiellement. (…) Les gouvernements devaient réduire leurs dépenses pour faire face à la charge croissante des intérêts. Mais contre l’effet de la croissance exponentielle des intérêts on ne pourra pas gagner avec des réductions de dépenses. Les gouvernements devaient vendre des services publics pour rembourser les dettes..(…) Les pays faibles se retrouvent endettés, sans possibilité de s’en sortir. Les banques profitent de ces montagnes de dettes croissantes et font porter les risques par les payeurs d’impôts.(1) Quelle serait la solution?: «La solution de tous ces problèmes est aussi simple que sa cause. Nous devons ériger une banque à nous tous, une banque d’Etat, qui a le droit exclusif de créer de l’argent. Il faut interdire les prêts d’argent inexistant. Une banque d’Etat n’a pas besoin de capital, ni de bénéfices. Aussi, les intérêts peuvent rester très bas ou être compensés fiscalement. (…) Le gouvernement ne sera plus dépendant des banques.» (1) Il est tragique de voir comment des pays sont ruinés, qu’ils laminent les dépenses sociales au profit des remboursements d’intérêts et ceci ad viternam puisque le principal est encore hors de portée du remboursement Par contre, et sans faire dans un prosélytisme déplacé le mécanisme de la finance islamique, l’usure (intérêt n’existe pas) et les risques son partagés entre l’emprunteur et sa banque. La naissance d’une banque en dehors de l’hégémonie américaine Les Chinois sont devenus les plus grands créanciers de la Terre: une réserve de plus de 3000 milliards de dollars en devises. Elle achète des obligations d’État mais aussi des entreprises privées, des hôtels, des cliniques, des monuments historiques, des tableaux, des châteaux, des infrastructures (aéroports, ports) etc. La Chine représente maintenant 15% de l’économie mondiale et a conquis la deuxième place devant le Japon. La Chine a annoncé, être désormais la première puissance commerciale mondiale. La Chine n’a jamais vraiment considéré l’UE comme un partenaire politique de premier plan. Et malgré sa rivalité avec les Etats-Unis, elle estime que Washington est le seul véritable interlocuteur sur la scène internationale. Pour rappel, les pays du Brics dont fait partie la Chine forment un bloc important à l’échelle mondiale. Leur poids démographique atteint 3 milliards de personnes, soit 42% de la population mondiale et leur PIB représentait en 2010, quelque 14.000 milliards d’USD, ou 18,5% du PIB mondial. Leur réserve de devises est estimée à 5000 milliards d’USD, dont 3200 milliards pour la seule Chine. La Chine a décidé de sortir en douceur, de l’orbite du dollar et du système de Bretton Woods, On sait que les Etats-Unis s’opposent, en vain, à la nouvelle puissance montante du monde, la Chine. Par les investissements qu’elle opère dans le monde, la Chine devient presque un pays prédateur, à l’affût des bonnes affaires dans le monde. Et surtout avec sa politique «gagnant-gagnant» et grâce à sa main-d’oeuvre très peu coûteuse. Elle opère dans tous les continents y compris en Europe et aux États-Unis. Deuxième puissance du monde depuis 2010, détentrice de plus de 4000 milliards de réserves de change, la Chine, qui a commencé à internationaliser sa monnaie, le yuan, sait que «le temps travaille pour elle». Et les États-Unis en sont conscients. Partant d’une «vérité» que le dollar américain ne peut rester indéfiniment la monnaie-centre du monde, la Chine vise à surpasser l’Amérique et devenir la première puissance économique, financière et monétaire du monde. Le 17 mars, à Pékin. Martin Schulz Le président du Parlement européen a qualifié de «bonne chose» les adhésions européennes à la banque d’infrastructure asiatique. A ce jour, une trentaine de pays figurent dans cette liste, parmi lesquels l’Inde, Singapour, l’Indonésie et l’Arabie saoudite. Lorsqu’il a été lancé par la Chine en octobre 2013, le projet de Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures avait fait des vagues dans le monde des organisations multilatérales. Il était difficile de ne pas voir dans ce projet «anti-Bretton Woods» la volonté du président XI Jinping d’affirmer et de voir reconnue la puissance chinoise dans le monde des institutions multilatérales, aujourd’hui encore largement dominé par les Américains et les Européens.(2) Alors que le délai pour souscrire s’achève mardi 31 mars 2015 au soir, l’Égypte a annoncé, la veille, lundi 30 mars 2015, sa décision de rejoindre la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (BAII – AIIB). Elle en deviendra officiellement le 14 avril 2015 un membre fondateur. La Turquie a posé sa candidature vendredi 27 mars 2015. La BAII devrait commencer ses activités fin 2015. Les Etats-Unis jettent l’éponge. Ils vont coopérer avec la BAII Le lundi 31 mars, la date butoir pour le dépôt des candidatures pour devenir membre fondateur de la BAII, le secrétaire américain au Trésor, Jacob Lew, a déclaré que son pays prévoyait de coopérer avec la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (BAII). Cette annonce s’est faite après un entretien d’une heure que M.Lew a eu avec le Premier ministre chinois Li Keqiang ce lundi à Beijing, selon le vice-ministre chinois des Finances Zhu Guangyao. M.Zhu a confirmé, à l’Agence de presse Xinhua que le secrétaire américain au Trésor souhaitait la bienvenue à la Chine pour jouer un plus grand rôle dans les affaires économiques internationales. C’est une passation de pouvoir, pour ne pas dire une capitulation. Après avoir vu ses alliés les plus solides partir, l’un après l’autre, rejoindre le projet chinois, les Etats-Unis ont fini par faire un constat amer; ils ont été tout simplement ignorés et traités comme quantité négligeable dans cette affaire. Avec ou sans eux la BAII se fera et le monde entier, hormis le fidèle Japon et quelques petits satellites, sera là pour y participer. Que faire d’autre maintenant sinon tenter de jouer avec les instruments qui sont encore en sa possession, le FMI et la Banque mondiale, avec lesquels la BAII aura à coopérer d’une manière ou d’une autre? (3) Le Japon, justement, s’interroge sur sa participation à la BAII. L’administration Obama a été prise de court par le ralliement de plusieurs poids lourds européens (Royaume-Uni, France, Allemagne…) à cette banque qui compte déjà une trentaine d’Etats membres, comme l’Australie ou la Corée du Sud et l’Egypte. D’ailleurs, Séoul prendrait 4 à 5% de la Banque asiatique d’investissement. La France, l’Allemagne et l’Italie ont décidé, après le Royaume-Uni, de rejoindre la nouvelle Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures. Cette décision des trois capitales européennes, est à l’évidence un revers diplomatique pour les Etats-Unis. Constatant leur isolement, les Etats-Unis ont commencé à infléchir leur position en ouvrant la porte à une coopération avec la banque chinoise. (4) Mon Dieu protégez moi de mes amis, mes ennemis ; je m’en charge ! Cette citation attribuée à Talleyrand illustre d’une façon parfaite, la perfidie des vassaux visà vis de l’empire. «Il fallait bien que ça explose un jour lit-on sur le journal Le Monde, mais la déflagration est partie de là où on ne l’attendait pas. La rivalité entre les Etats-Unis et la Chine pour la domination économique du globe a fait, le 12 mars, un détour surprenant par la Grande-Bretagne qui, bravant la fatwa de Washington, a annoncé son intention de rejoindre la nouvelle banque régionale de développement chinoise AIIB comme membre fondateur. Epidermique et un peu ridicule, la réaction des Etats-Unis ne s’est pas fait attendre. Un responsable américain, s’abritant derrière l’anonymat, a accusé Londres d’être «dans des arrangements constants avec Pékin», (…). Une fois que les Britanniques, censés entretenir une relation privilégiée avec les Etats-Unis, avaient ouvert la brèche en rejoignant l’AIIB, trois autres pays européens s’y sont engouffrés.» (5) On est toujours par définition écrit Philippe Bernard, trahi par ses alliés, mais le coup a néanmoins été rude pour Washington. Jeudi 12 mars, le chancelier de l’Echiquier, George Osborne, a créé la surprise en annonçant la décision de faire du Royaume-Uni un membre fondateur de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (BAII) que la Chine a lancée en octobre 2014. Rejoindre la BAII représente «une chance sans équivalent pour le Royaume-Uni et l’Asie d’investir et de dégager ensemble de la croissance», s’est félicité M.Osborne. (6) Après Londres, ce sont donc Paris, Berlin et Rome qui ont décidé de rejoindre le 17 mars la Banque asiatique lancée par la Chine, en octobre 2014. Paris, Berlin et Rome soulignent qu’elle aura «vocation à travailler en partenariat avec les banques multilatérales d’investissement et de développement existantes». Les relations de l’Algérie avec la Chine: du commerce mais pas de transfert de savoir La Chine est le premier fournisseur de l’Algérie en tout. La liste est longue, tant la Chine produit tout et l’Algérie, en revanche, importe presque tout. Sur le volet économique, 8 milliards de dollars en 2012. 20% de nos importations en 2014. «Au lieu de donner un poisson à quelqu’un apprend lui à pêcher» Mao Tsé Toung. Fort de cette citation, l’Algérie a tout à apprendre de la Chine. Pékin veut consolider sa place en Algérie. Mais il n’y a pas transfert de technologie. Il est curieux que l’Algérie n’ait pas demandé à adhérer à cette banque comme membre fondatrice à l’instar de l’Arabie saoudite, l’Egypte et du Qatar. Nous avons bien aidé le FMI à «fonds perdus». Ne peut-on pas contribuer à 2% du capital de cette banque (100 milliards de dollars). Il n’est peut être pas trop tard si on fait vite et si on ouvre véritablement le dossier d’une vraie coopération sud-Sud; qui tourne le dos au tout commerce. Professeur Chems Eddine Chitour Ecole Polytechnique enp-edu.dz 1 .http://reseauinternational.net/le-systeme-bancaire-en-bref/ 15 mai 2013 2. http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/03/18/les-chinois-rallient-les-europeens-a-leur-banque_4595899_ 3234.html#Vq7mh5XYZd8UIAfk.99 3. http://reseauinternational.net/les-etats-unis-jettent-leponge-ils-vont-cooperer-avec-la-baii/ 4. http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/03/31/le-japon-s-interroge-sur-sa-participation-a-la-banque-asiatique-d investissement_4606153_3234.html#l2kul4MWdQ0B pey0.99 5. http://www.lemonde.fr/idees/article/ 2015/03/21/embuscade-sur-la-route-de-la-soie_4598508_3232.html#mK2lDWD5cdYuSc66.99 6. http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/03/14/la-banque-asiatique-divise-washington-et-londres_4593630_3234. html#hTgroIh2kMLkOmeq.99 Article de référence : http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_ chitour/213623-le-declin-de-bretton-woods.html

Messages les plus consultés de ce blogue

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Historique d'un mode de pensée sénile.

L'être humain aime bien se conforter des idées reçues, des lieux communs, bref des recettes toutes faites. Par expérience, je constate souvent si tu décides de changer la façon de faire ou de comprendre, tu as en général plus de 80% des gens qui s'y opposent grosso modo. Le reste, on y trouve des indifférents ou insouciants, qu'on peut estimer à 16%. Et le reste du reste, soit le 4% restant, plus de 3% qui est dans l'expectative. Et enfin, ce qui reste de tous les restes, les esprits dynamiques. Il ne faut surtout pas oublier toutes ces catégories sont stratifiées, donc elles ne sont pas d'une homogénéité parfaite. Ainsi s'y retrouvent des sous-catégories. C'est un constat attesté partout, à la différence, dans les pays où les gens ont reçu une formation dépouillée de religiosité, l'ouverture d'esprit de cette frange les rend plus perméable aux idées nouvelles. L'exemple d'Einstein qui a trouvé un petit noyau de physiciens qui avalisait sa …

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…