Passer au contenu principal

Et pourquoi tout ce bruit? Valéry Numa versus Clarens Renois

Clarens Renois, candidat aux présidentielles
Clarens Renois,
candidat aux présidentielles
de 2015
Du tapage! Du tapage! Rien que du tapage! Je ne suis vraiment pas branché à la même enseigne que mes compatriotes. Et tant mieux. Autour du soi-disant impair commis par Valéry face à Clarens. Cocasserie haïtienne. Bien sûr je n'ai pas entendu l'entrevue ni dans son intégralité ni en partie. Mais si je me fie au résumé fidèle du Nouvelliste, je ne crois pas qu'il ait lieu à tout ce tapage médiatique. Les partisans du journaliste en fonction et du journaliste candidat à la présidence se déchaînent sur la toile. On aurait dit qu'il n'y eût rien de plus sérieux à y voir. Ce style convivial est le propre de Valéry Numa; c'est sa carte de visite. Dans ce sens, il est à la fois typiquement française et haïtienne. On a vu à la télévision française, cette année, je crois, comment Martelly a été cuisiné par des journalistes. D'un autre côté, le journaliste a toujours mené des entrevues sans décorum, ses rapports avec les gens en dehors du micro se prolongent derrière le même dit micro. Aussi pourquoi tout ce bruit autour de deux poids Plume?


Valéry Numa, journaliste Radio Vision 2000
Valéry Numa, journaliste
Radio Vision 2000
Qu'en est-il vraiment? Des questions légitimes à un candidat arrivé de nulle part, qui ne s'est jamais mêlé de politique, qui ne s'est jamais prononcé, en tout cas, publiquement aux brûlantes questions des cinq dernières années ou aux dérives de Martelly durant son quinquennat. Et pire encore sur la question de la dénationalisation des descendants haïtiens de la République dominicaine. Un autre point en litige, c'est l'appel aux autres candidats de former une sorte de coalition. C'est une initiative premièrement infantile: la naïveté est à découvert; le momentum n'y est pas. L'argument du candidat en faisant appel à Obama ne tient pas la route. Point. L'enjeu est trop grand pour qu'un Clarens sorti d'ailleurs vienne donner le ton à la campagne électorale. Les enfants de Chœur n'existent nulle part dans ce bas-monde, encore moins en politique. Est-ce maintenant que les choses deviennent urgentes parce que ce candidat en a pris soi-disant conscience? Voyons! Ce sont des questions que l'animateur devraient servir à d'autres candidats dans la course présidentielle, comme les Jude Célestin de ce monde.

Voilà en gros la teneur de tout ce tollé médiatique. Deux visions distinctes du journalisme, donc de la conduite d'une entrevue; deux poids plume en terme de tonus dans leur position respective. Mais tout ce bruit cache d'autres choses. N'allez pas croire que cet interview valait tant de remous. Non. A force de suivre les élections un peu partout dans le tiers monde, on peut voir facilement la main du diable en filigrane. Il est rusé. très. Ce ballon d'essai ne passera pas cette année. Le diable doit se creuser le méninge davantage pour trouver une autre façon de faire...

 La gravité de la question haïtienne, si on est un tantinet sérieux, ne peut être larguée dans les mains d'un néophyte, de surcroît, dont on ne s'est rien en terme de vision. Le prochain président doit être à la fois un homme de parti, d'expérience politique, qui est à l'écoute, collégial et d'une solide connaissance scientifique.


Ernst Jean Poitevien

Messages les plus consultés de ce blogue

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Le nationalisme démagogique : appel au peuple pour financer les élections.

Tous les peuples ont un fardeau mental qu’ils portent en eux : l’inconscient collectif. Nous agissons suivant une sorte d’algorithme historique, que je pourrais appeler récursivité historique. C’est une boucle récurrente (laviwondede) invisible qui nous fait battre la mesure sur place. Le jour où on arrive à enprendre conscience, on peut y regarder de plus près et voir en quoi que cela nous est salutaire ou fatal. Là, et seulement là, que l’on commencera véritablement à se diriger à bon port, à mettre la main sur le drame, s’il y a lieu, ou sur le génie, s’il s’avère. Malheureusement, il y a des peuples qui restent trop souvent engoncés dans trop de schèmes mentaux vieillots : les Britanniques ont perdu en partie leur hégémonie par manque de formation d’ingénieurs, les Chinois se croyaient le nombril du monde, d'où l'appellation de l'Empire du Milieu autrefois, et les français par trop d’élitisme de leur système d’éducation selon Daniel Cohen. Et les Haïtiens, j’ajouterai,…