Passer au contenu principal

Jacky Lumarque pris dans les filets de Préval

Mirlande manigat en réserve de la républiqueCe qui m'a bien fait rire hier, c'est la pétition de 150 personnes bien connues et prestigieuses de la société haïtienne, parmi lesquelles Mirlande Manigat, Jean Marc Bellerive, Rév. Père William Smarth, Yanick Lahens. Vous allez sans doute vous dire tout de go qu'il n'y a rien de cocasse là. Et pourtant si vous gratter, vous allez voir le galimatias. La première des cocasseries, c'est Mirlande Manigat. Elle qui ne croit pas dans ce processus, qui s'est mis en réserve de la République, voilà qu'elle signe une pétition pour la réintégration de Jacky Lumarque dans la course électorale. Se moque-t-elle de Lumarque ou elle était en panne de rire? S'il est vrai que ce dernier a été sorti de la course illégalement par le CEP, que cette mesure est injuste, mais il faut croire qu'il n'est pas le seul à la subir, car Gérard Mathurin a été écarté de la course au sénat dans des circonstances assez similaires, et bien d'autres encore.
Jacky lumarque candidature rejetée, élections 2015
Candidature rejetée, élections 2015
Quand on jette un coup d’œil dans la liste des signataires, on peut distinguer ceux ou celles qui le font pour le respect des droits démocratiques et d'autres pour des intérêts de clan. S'il y avait un peu d'impartialité dans cette action, elle devrait concerner tous les candidats qui ont été victimes de l'arbitraire du CEP. Mais on est bien en Haïti où l'équité ou l'impartialité sont de jolis mots qui se retrouvent à des milliers de distance de la réalité haïtienne. Alors que parmi ces signataires se retrouvent des universitaires de renom, on croirait que cela aurait un certain impact. Ne vous attendez à rien. Je n'allais pas comprendre cette antinomie autrefois. Aujourd'hui, tout cela me parait normal dans le cadre du pays. Car, quand on campe les concepts en symbiose avec la réalité haïtienne, les surprises s'effacent tout naturellement.


Deuxièmement cocasserie. Tous ceux qui se sont prêté à cette action croient-ils sincèrement que cela infléchira la position du CEP- même une toute petite chance? Parmi les 150 personnalités qui ont signé cette protestation, il y a quand même une minorité qui l'a fait d'une solidarité passive, par esprit de corps. Tous ces gens-là ne représentent qu'eux-mêmes, leur petite personne avec quelque sympathie d'autres personnes par-ci par-là. Point. Il n'est pas sorcier ni être le Pic de la Mirandole pour comprendre que toute cette gesticulation n'aboutira à aucun résultat. Les raisons sont bien simples à comprendre: pas de société civile et le principal intéressé reste en arrière-plan, il semble peu concerné. De plus, il ne semble pas être le chouchou de la Communauté internationale, les États-uniens en particulier. Comment peut-on avoir de la sympathie quand on projette l'image d'abandon, qu'il n'y ait aucune envie de se battre? Que ferait notre Lumarque national quand il aura à prendre des décisions qui ne feront pas l'unanimité? Ferait-il comme Marie Michel Reys , ministre des finances sous le gouvernement d'Aristide en 1993 qui pleurait qu'on l'accusait de vendeuse de pays?


Troisième cocasserie que j’appellerai Mirlandienne. Une nouvelle carte pour Mirlande Manigat si le CEP accepte Jacky Lumarque. Elle pourrait de sa réserve de la République devenir titulaire d'un porte-feuille ministériel. Et pourquoi pas Première Ministre! Dans le cas contraire, quelles autres cartes reste-t-il à Mirlande? La carte de la retraite. Elle pourra écrire ses mémoires et conclura ce chapitre par ce titre : J'ai sauvé la République à mon corps défendant. Il faut bien rire sinon on risque de faire un coup de sang et aller au pays sans chapeau.


Il est malheureux que dans ce pays qu'on n'arrive pas à décanter entre connaissances et compétences. Un homme bourré de connaissances n'est pas nécessairement compétent dans tous les domaines. Il y a la compétence politique que l'on apprend pas sur les bancs d'école. Comme dit l'autre, il y a des hommes de tête qui rentrent en politique qui sont de piètres politiques. D'ailleurs, les plus grands hommes politiques possédaient-ils toujours de gros diplômes? Pour sûr, cela ne nuit pas mais ce n'est pas une condition suffisante. Al Gore était de loin plus cultivé que Bush fils, cela ne lui pas a ouvert les portes de la maison blanche. Dans notre pays, combien de nos présidents étaient des intellectuels avérés? Un ou deux. Pas plus.



Pour finir sur une note paradoxale et dans la suite de l'idée précédente, connaissez-vous cette boutade que le diplôme de Lycée de Pétion de Namphy a eu raison de celui de la Sorbonne de Manigat? L'intelligence politique va au-delà des diplômes. Et tous ceux qui croient le contraire seront toujours frustrés. Ne pas comprendre le politique, c'est ignorer le substrat culturel, c'est ne pas baigner dans la sauce des plus bas instincts. Quel esprit cartésien penserait à faire guet-apens sur le matériel électoral et remplir les bulletins du nom de son favori et les retourner ou encore de paniquer la population durant toute une nuit par des rafales de tirs nourris pour les effrayer de sortir voter durant le scrutin? Et n'allez pas croire que ailleurs les choses se passent dans la droiture le plus absolu...


Ernst Jean Poitevien

Messages les plus consultés de ce blogue

Haiti : un théâtre de boulevard

Rires, sarcasmes, moqueries, les sénateurs Willot et Gracia Delva en ont soupé. Personne ne pourrait résister devant tant de médiocrité. Gracia Delva lui-même dans une de ses chansons disait qu'il y avait plein de gens qui tronquaient leur place et concluait que c'était le mal du pays. Le pays marchait sur sa tête. Gracia et Willot sont-ils donc à leur place? La réponse est évidemment non. Mais combien de gens durant les deux cents dernières années étaient à leur place, à la place qui leur convenait? Une minorité insignifiante. Il est vrai qu'on estime les gens chez nous à l'aune du parler-français. Mais est-ce la bonne unité de mesure de la compétence et du savoir?  En dehors de la grandiloquence de nos sénateurs d'autrefois, dont on fait trop souvent l'apologie, que produisaient-ils de valables toutes proportions gardées ?

Le noeud du problème, c'est qu'on n'a jamais hissé le pays à un niveau respectable pour que les habitudes de la vie moderne s…

Historique d'un mode de pensée sénile.

L'être humain aime bien se conforter des idées reçues, des lieux communs, bref des recettes toutes faites. Par expérience, je constate souvent si tu décides de changer la façon de faire ou de comprendre, tu as en général plus de 80% des gens qui s'y opposent grosso modo. Le reste, on y trouve des indifférents ou insouciants, qu'on peut estimer à 16%. Et le reste du reste, soit le 4% restant, plus de 3% qui est dans l'expectative. Et enfin, ce qui reste de tous les restes, les esprits dynamiques. Il ne faut surtout pas oublier toutes ces catégories sont stratifiées, donc elles ne sont pas d'une homogénéité parfaite. Ainsi s'y retrouvent des sous-catégories. C'est un constat attesté partout, à la différence, dans les pays où les gens ont reçu une formation dépouillée de religiosité, l'ouverture d'esprit de cette frange les rend plus perméable aux idées nouvelles. L'exemple d'Einstein qui a trouvé un petit noyau de physiciens qui avalisait sa …

Problématique haïtienne : entraves à la sortie de la crise…

Quels sont les facteurs qui influencent la répétition ou le retour incessant des mêmes problématiques sans qu'on y arrive à s'en sortir? Quelles sont les forces de freinage à la sortie de cette crise bicentenaire? Pourquoi les mouvements d'avant-gardes ne se sont-ils jamais trouvé une voix de sortie à cette crise? Pourquoi les forces progressistes ont-elles toutes échouées piteusement? Comment se sont-elles prises face aux forces rétrogrades pour mener leur combat? Ce sont là un ensemble de questionnements qui me trottait dans la tête. On a vu ailleurs des forces minoritaires dans la lutte sociale deviennent hégémoniques. En revanche, en Haïti, nos forces progressistes ne sont jamais arrivées à imposer leur point de vue; elles sont tuées dans l’œuf à leur premier balbutiement. Les idées d’un Edmond Paul au XIXe siècle en matière d’éducation et d’économie sont d’une modernité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant par ailleurs qu’une œuvre aussi monumentale d’Anténor Firmin…